L'Usine Auto

Le Bélier se place en se payant une usine

Publié le

Mexique

Lorsque Le Bélier décide de s’installer en Amérique centrale pour servir ses clients de l’automobile sur tout le continent, il se cherche une base. Et opte pour le Mexique. Mais pas question de partir de rien. «Nous cherchions un connaisseur de notre métier », confie Philippe Dizier, le directeur général délégué du spécialiste de la fonderie d’aluminium du sous-traitant automobile. Pour dénicher le bon partenaire, il se tourne vers le service économique de l’ambassade de France… qui le met en relation avec des intermédiaires. «Ils ont repéré des usines que nous sommes ensuite venus visiter », se souvient Philippe Dizier. En 2000, l’industriel rachète le site d’un spécialiste des pièces de turbo. En un an, il étend son activité au freinage et fait former les salariés mexicains par ses propres troupes. Aujourd’hui, 440 salariés travaillent sur le site de fonderie. Et 90 personnes sur le site d’usinage, que Le Bélier a fondé en 2005. Tous ces sites sont dirigés par des mexicains. Mais quelques «expatriés » occupent les postes clés. La PME prévoit de multiplier par deux son activité dans les trois prochaines années.

Carole Lembezat

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte