Quotidien des Usines

Le belge Ecophos va investir 75 millions d’euros à Dunkerque

, , , ,

Publié le

Afin de produire du phosphate alimentaire, le belge Ecophos s’implante sur le site du port maritime de Dunkerque (Nord). Particularité : l’usine sera construite sur une partie du site de l’ancienne Raffinerie des Flandres du groupe Total.


D.R. - Vue aérienne Dunkerque.

Le Belge Ecophos va lancer, dès le mois de mars 2016, la construction de son usine de production de phosphate alimentaire. L’usine d’une superficie de 11 hectares va générer un investissement de 75 millions d’euros et devrait générer la création d’une centaine de créations d’emplois à l’horizon 2017. Pour le Port de Dunkerque (Nord), sur le territoire duquel s’implante Ecophos, ce nouvel établissement industriel va générer un trafic de 250 000 tonnes en importation de matières premières et exportations de produits finis.

Le projet est connu depuis octobre 2014. Il entre maintenant dans sa phase opérationnelle. La particularité du dossier est son implantation. L’usine Ecophos va être construite sur une partie du site de l’ancienne Raffinerie des Flandres. En mettant un terme à l’activité de raffinage en 2010, le groupe Total, propriétaire de la raffinerie, s’était engagé à favoriser l’implantation d’activités industrielles nouvelles.

A cet effet, avec le Port de Dunkerque, propriétaire quant du foncier, Total a créé la plateforme industrielle ICD (Industrial City Dunkerque). Elle occupe 70 hectares sur les 230 hectares du site initial de la raffinerie. Située au Port Ouest, ICD dispose de deux appontements maritimes (avec un tirant d’eau de 22 mètres), d’un embranchement ferroviaire, de deux appontements fluviaux sur le canal à grand gabarit (3 000 tonnes) relié à l’Escaut.

Des phosphates issus du traitement des cendres de boues d’épuration

Le groupe Ecophos va confier à sa filiale Aliphos la production et la commercialisation des phosphates alimentaires dunkerquois. Ces derniers seront issus du traitement chimique de roches riches en phosphate importées par voie maritime, mais également d’un process innovant de traitement des cendres de boues d’épuration, qui, précise Ecophos, contiennent jusqu’à 24% de phosphates. Cette implantation, s’ajoutant aux sites de Lummen (en Belgique), Varna (en Bulgarie) et Rotterdam (Pays-bas) vise à permettre au groupe Ecophos la couverture, d’ici cinq ans, de la moitié du marché des phosphates alimentaires en Europe contre 30% actuellement.

Implantée depuis 1996 à Louvain La Neuve, près de Bruxelles, EcoPhos emploie 250 salariés et annonce un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros. La société belge avait racheté, en novembre 2013, l’activité phosphate de Tessenderlo Group (Aliphos Tessenderlo Group).

Francis Dudzinski

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte