Le BEA lance un appel à témoins dans l'Yonne pour retrouver les pièces du moteur d'un Airbus A220

Le célèbre Bureau d'enquêtes et d'analyses français (BEA) a lancé pour la première fois un appel à témoins le 21 août. L'autorité française recherche dans l'Yonne des pièces du moteur d'un Airbus A220-300 qui avait atterri en urgence en France le 25 juillet.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le BEA lance un appel à témoins dans l'Yonne pour retrouver les pièces du moteur d'un Airbus A220
Les enquêteurs du BEA souhaitent ainsi découvrir les causes de l’incident sur le vol LX348 qui implique un avion Airbus A220-300.

Le spécialiste français de la sécurité aérienne engage une procédure inédite. Mercredi 21 août, le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux. Les enquêteurs du BEA souhaitent ainsi découvrir les causes de l’incident sur le vol LX348 qui implique un avion Airbus A220-300.

Atterrissage d'urgence d'un A220-300

Jeudi 25 juillet, l’appareil de la compagnie aérienne Swiss International Air Lines embarquait 116 passagers et cinq membres d’équipage. Il devait relier Genève (Suisse) à Londres (Royaume-Uni) quand il a subi un problème technique au niveau du moteur gauche de type Pratt & Whitney PW1524. L’A220-300 a dû réaliser un atterrissage d’urgence à l’aéroport Charles-de-Gaulle en banlieue parisienne. L’incident n’a pas fait de blessés mais l’appareil aurait subi des dommages mineurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon le BEA, l’avion aurait perdu des pièces de moteur en survolant l’Est de la France, lors de sa phase de croisière, un phénomène rare même s’il s’est aussi produit sur un Boeing 787 en août en Italie. “Au nom du NTSB [homologue américain du BEA], le BEA lance un appel à témoins concernant les pièces du moteur qui seraient tombées dans une zone boisée non habitée proche des communes de Perrigny-sur-Armancon et de Cry [(Yonne)]”, précise l’autorité française dans un communiqué.

Une zone de recherche calculée par le NTSB

“Les pièces recherchées sont issues du premier étage de compresseur basse pression du moteur et sont en titane. Elles ne devraient pas excéder une longueur de 30 cm”, ajoute le BEA (voir photos ci-dessous).

Le bureau a diffusé les quatre points GPS de la zone de recherche. Celle-ci a été définie par le NTSB à partir de l’heure de déclenchement de l’anomalie, révèle un porte-parole du BEA à La République du Centre.

Le BEA invite enfin les éventuels témoins à noter la localisation de la pièce, à la manipuler avec précaution car le métal peut être tranchant, à envoyer une photographie de la pièce et au BEA et à attendre le retour de l’autorité sur la procédure à suivre.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS