Le bâtiment passif arrive

Une nouvelle réglementation pour mettre en oeuvre le bâtiment à énergie positive sera mise en place d’ici quelques années. De nombreuses innovations voient le jour pour répondre aux exigences de la RT 2020, comme l’utilisation de matériaux biosourcés. Plusieurs exemples de construction à énergie positive existent déjà en France, avec l’utilisation, par exemple, d’une chaudière à cogénération biomasse.

Partager

D’ici quelques années, la RT 2012 laissera la place à la RT 2020, une nouvelle réglementation qui mettra en oeuvre le concept de bâtiment à énergie positive, un bâtiment qui produit plus d’énergie (chaleur, électricité) qu’il n’en consomme. Basés sur les principes du bâtiment ”passif”, les bâtiments à énergie positive – également appelés ”BEPOS” – incluent des moyens d’économie et de production énergétique supérieurs à ceux de la RT 2012 : ventilation double flux avec récupération de chaleur sur l’air vicié, isolation thermique renforcée, captation efficace de l’énergie solaire, fenêtres haute qualité, limitation des consommations énergétiques des appareils ménagers, récupération des eaux pluviales, etc.

Matériaux biosourcés, vitrages chauffants…

Le secteur du bâtiment se prépare activement à cette perspective, et les innovations ne manquent pas pour répondre aux exigences de la RT 2020. Côté construction et respect de l’environnement, les solutions passent par l’emploi de matériaux biosourcés (bois, chanvre, paille, laine, plumes…), ou de blocs de béton en pierre ponce, une roche volcanique naturellement isolante et 100 % recyclable. Question énergie, les choix sont multiples : de la chaudière de type cogénération capable de produire électricité et chaleur, aux vitrages isolants et chauffants (capables d’émettre environ 250 W/m2 de vitrage), en passant par les panneaux photovoltaïques en autoconsommation, ou encore le raccordement à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables, la gestion domotique du chauffage, de l’eau chaude sanitaire, des volets, de l’éclairage, etc. La France compte déjà plusieurs exemples de construction à énergie positive,commecebâtimenttertiaire bioclimatique (à Meudon) de plus de 20000m2,avecunechaudièreàcogénération biomasse et 4 000 m2 de panneaux photovoltaïques, ou ce projet d’HLM à Paris où le toit sera utilisécommesourced’énergie(électricité et chaleur).

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS