Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le 23/07/04 - Forte reprise de la consommation. Thomson veut donner plus de visibilité aux investisseurs. La durée légale du travail ne doit pas être un carcans...

, ,

Publié le

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Forte reprise de la consommation. Les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 4,2 % en juin entraînant une hausse de 8,5 % en moyenne annuelle, un chiffre jamais atteint depuis 1998, soulignent vos quotidiens. Ce sont notamment les biens d'équipement du foyer et la bonne tenue des soldes qui expliquent cette embellie un peu surprenante. C'est une bonne surprise pour le gouvernement qui envisage maintenant une croissance de 2,5 % sur l'année et qui peut espérer  entre 3 et 5 milliards d'euros de rentrées fiscales supplémentaires. Bercy compte prendre d'autres mesures pour inciter les français a entamer leur épargne, mais la reprise ne se confirmera réellement qu'au moment où les entreprises délaisseront la restauration de leurs marges pour relancer les investissements et les embauches.

Thomson veut donner plus de visibilité aux investisseurs. Sur fonds de morosité boursière, le groupe d'électronique a profité de la présentation des ses résultats semestriels pour annoncer un plan financier ambitieux. Selon les Echos et le Financial Times, celui-ci comprend un plan de rachat d'actions, pour près de 400 millions d'euros, une offre de souscription de bons d'acquisition ou d'action pour les actionnaires fidèles, et l'entrée au capital du fonds américain Silver Lake, qui va souscrire pour 500 millions de dollars d'obligations convertibles en actions. Ce dernier pourrait à terme devenir le premier actionnaire du groupe en détenant 7,5 % du capital. Thomson a également annoncé le retour de Thierry Dangeard, ancien bras droit de Thierry Breton de 1997 à 2002, au poste de PDG.

La durée légale du travail ne doit pas être un carcans. Concertations avec les partenaires sociaux sur de nouveaux assouplissements des 35 heures, renforcement du contrôle des chômeurs, simplification et sécurisation du code du travail : Dans un entretien aux Echos, Gérard Larcher, ministre délégué aux relations du travail, défend les objectifs du plan de cohésion sociale qu'il présente avec Jean-Louis Borloo. Il veut faire tomber le tabou du suivi de la recherche d'emploi, comme cela a déjà été fait dans d'autres pays.

Catalogue de bonnes intentions dans le "plan climat". Le soufflé est quelque peu retombé après le report, sinon l'enterrement de la mesure du bonus-malus pour les automobiles possédant les moteurs les plus gourmands. Mais le plan du ministre de l'Environnement pour réduire les gaz à effet de serre, propose néanmoins une soixantaine de mesures, relève Les Echos. Parmi celles-ci, la généralisation des étiquettes énergie pour les équipements électroménagers, augmentation du crédit d'impôt pour l'achat de matériaux isolants dans l'habitat, avec mise en oeuvre d'une réglementation thermique pour la rénovation. Le développement des biocarburants n'est pas oublié, ainsi qu'un durcissement de la réglementation pour la climatisation.

Baisse des assurances dans les risques industriels. Après trois années de fortes hausses, liées notamment aux attentats du 11 septembre, aux catastrophes naturelles et à l'explosion de l'usine AZF à Toulouse, les renouvellements de contrats enregistrent des chutes de tarifs, indique La Tribune. Les baisses concernent en premier lieu les grands risques, à savoir les 200 plus grosses entreprises. C'est dans l'assurance dommages que sont constatées les plus fortes diminutions, de moins 20 à moins 40 %, ainsi que dans la responsabilité civile, entre 10 et 20 % de baisse. Il reste encore quelques tensions sur les prix dans des secteurs comme la chimie ou la construction. Après la reconstitution des marges, la concurrence redevient plus âpre entre les différentes compagnies.

Les anciens dirigeants de Mannesmann relaxés par la justice. Klaus Esser, l'ancien président du directoire du groupe allemand et d'autres membres du conseil de surveillance, dont Josef Ackermann, actuel président du directoire de Deutsche Bank, étaient accusés d'avoir touché des primes disproportionnées lors du rachat du groupe de télécoms par son concurrent britannique Vodafone. Ce procès aurait pu être une remise ne cause du mode de rémunération des dirigeants allemands, rapporte le Financial Times. Mais la présidente du tribunal de Düsseldorf avait laissé entendre que les multiples auditions n'avaient pas permis de caractériser le délit d'abus de confiance et de complicité dans cette affaire. Selon les spécialistes, le parquet pourrait faire appel de cette décision.

Didier RAGU
Bonnes vacances !

La revue de presse reprend le 16 août


Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle