Le 20/07/04 - Ordonnance à 2,38 milliards pour Bayer

Partager

Ordonnance à 2,38 milliards pour Bayer. Le groupe allemand va racheter l'automédication de Roche, remontant de la sixième à la troisième place du secteur, rapportent La Tribune et Les Echos. C'est un marché de 47 milliards d'euros où les deux leaders mondiaux sont l'Américain Johnson & Johnson et le britannique GlaxoSmithKline. Propriétaire de l'aspirine ou d'Alka-Selzer, le groupe de Leverkusen se renforce dans les médicaments sans ordonnance, avec Supradyne ou Rennie, avant son désengagement de la chimie. De son coté le Suisse Roche se recentre sur les médicaments remboursés et les produits de diagnostic.

Premiers coups de canif dans les 35 heures. Les risques de voir leur usine délocalisée en République Tchèque ont convaincu même les salariés les plus réticents du site Bosch Vénissieux. Près de 98 % des effectifs ont décidé de renoncer à six jours de RTT, sur vingt, sans compensation salariale, indique Les Echos, ce qui correspondra à 36 heures de travail par semaine. D'autres mesures telles que le blocage des augmentations générales et la suspension de la prime d'intéressement pour trois ans, ainsi que la sortie de la formation du temps de travail, ont été prises. D'autres groupes comme Doux dans l'agroalimentaire ont déjà dénoncé des accords, avec la fin de la période des allégements de charges sociales.

Assurance-maladie, suite et fin ! L'examen du projet de loi sur le réforme de la sécurité sociale arrive dans le dernière ligne droite. Après 17 jours de marathon au parlement et sauf surprise de dernière minute, il devrait être adopté aujourd'hui. Les députés ont entériné la hausse de la CSG pour les retraités, les salariés et sur les revenus financiers, des mesures dénoncées par la gauche, remarque Les Echos. Mais le gouvernement a refusé d'augmenter la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), et préfère sa prolongation au delà de 2014. L'UDF qui avait proposé cette augmentation afin de limiter la durée et de ne pas reporter les déficits sur les générations futures, votera sans doute contre le projet Fillon.

Cacophonie à Bruxelles sur les aides à France Télécom. Le commissaire à la Concurrence, Mario Monti, a annulé sans explications la conférence de presse qu'il devait tenir cet après midi. Il devait demander à cette occasion le remboursement par l'opérateur public de 1,1 milliard d'euros d'avantages reçus grâce au régime dérogatoire de la taxe professionnelle. Mais il semble, relève Les Echos que d'autres commissaires soient opposés à une telle mesure et réclament une révision à la baisse de ses montants, qu'ils estiment plus proches de 600 à 800 millions d'euros.

Le statut d'EDF en commission mixte paritaire. Le texte relatif au changement de statut des deux établissements publics EDF et GDF, va être examiné par une commission mixte paritaire composée de 7 députés et de 7 sénateurs. Après le va-et-vient du texte entre les deux assemblées et les différentes lectures, après plus d'un millier d'amendements examinés, la CMP sera chargée d'élaborer un texte commun aux deux chambres pour une adoption définitive en fin de semaine, affirme Les Echos. C'est sans doute le titre IV de la loi, sur le problème des retraites, qui sera le point de désaccord le plus difficile à surmonter.

EADS Space signe un contrat avec la Thaïlande. EADS Astrium va fournir à ce pays du Sud-Est asiatique un système d'observation spatial optique, destiné à des utilisations civiles, surveillance des cultures, prévention des risques naturels, aménagement du territoire. Le contrat comporte trois volets : fournitures du segment spatial, coopération dans le domaine des applications et des services, et formation et transferts de technologies. Antoine Bouvier, PDG D'EADS Astrium en explique les enjeux dans un entretien à La Tribune.

Fonctionnaires, moins de réduction que prévu. Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat au Budget a annoncé que le nombre de postes non renouvelés dans la fonction publique se situerait entre 10.000 et 20.000. La loi de finances pour 2004 n'a en fait inscrit que la suppression de 4.560 emplois, souligne La Tribune. Ce qui est bien loin de l'objectif de Matignon édicté en 2003, de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Une telle mesure aurait permis de réduire de 30.000 le nombre de postes. Les arbitrages pour 2005 seront rendus la semaine prochaine. Les dépenses liées au personnel de la fonction publique d'Etat ont représenté en 2003 124 milliards d'euros, soit 45 % du budget général.

Didier RAGU

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS