L'Usine Auto

Le 16/06/05 - Union Européenne, un sommet sous tension. Google poursuit son ascension en bourse. Medef, Francis Mer jette l'éponge. Automobile, le marché en repli en mai...

, , ,

Publié le


Union Européenne, un sommet sous tension. La réunion des chefs d'Etat et de gouvernement qui va se tenir aujourd'hui à Bruxelles s'annonce délicate, rapportent tous vos quotidiens. Après les résultats négatifs des référendums français et néerlandais, les 25 devront naviguer habilement entre la mise au placard du projet de constitution européenne et la poursuite du processus de ratification par les 13 états membres qui ne sont pas encore prononcés. Comme la renégociation de la constitution ne semble pas envisageable, il est vraisemblable qu'une "pause" sera décrétée pour trouver un remède à la crise, comme l'ont proposé les Britanniques. Mais le plus gros morceau sera sans doute l'adoption du budget de l'Union pour la période 2007-2013, avec les problèmes du rabais britannique obtenu il y a vingt ans et la politique agricole commune qui absorbe 60 % des recettes.

Google poursuit son ascension en bourse. Le numéro un mondial des moteurs de recherche a triplé sa valeur sur les marchés boursiers depuis son introduction il y a un an. La bulle internet serait-elle de retour, se demande Les Echos. La star californienne vaut désormais plus en bourse que des géants tels Disney ou Viacom, dix fois plus gros qu'elle, elle est quasiment au niveau de celle de Time Warner. Elle atteint désormais la capitalisation respectable de 75 milliards de dollars, qui la place largement en tête face à ses concurrents comme Yahoo ou eBay. Ses résultats affichent une progression exponentielle, avec chiffre d'affaires et cash-flow en hausse de 100 %. Google devient le challenger numéro un de Microsoft, alors qu'il débauche allègrement ses informaticiens.

Medef, Francis Mer jette l'éponge. A moins de trois semaines de l'élection en assemblée générale du président de l'organisation patronale, l'horizon s'éclaircie un peu, notent Les Echos et La Tribune. L'ancien président d'Arcelor, qui était le plus mal placé dans la course, pénalisé notamment auprès de nombreux patrons par son passage à Bercy, ouvre un peu plus la voie à Laurence Parisot, présidente de l'Ifop, qui est maintenant soutenue ouvertement par Ernest-Antoine Seillière. Le tandem Mer-Sarkozy a donc fait long feu, il ne reste plus que trois candidats en lice, Laurence Parisot, Yvon Jacob et Hughes-Arnaud Mayer. Les deux derniers pourraient former un front avec Guillaume Sarkozy, afin de faire barrage à la présidente de l'Ifop, qui a contre elle de nombreuses fédérations, dont notamment la puissante UIMM.

Les syndicats veulent essayer de négocier le "contrat de nouvelle embauche". Jean-Louis Borloo, ministre de la Cohésion sociale consulte aujourd'hui les partenaires sociaux sur le plan emploi proposé par le Premier ministre. Après l'opposition de principe affichée par toutes les organisations syndicales, celles-ci misent maintenant sur les entretiens bilatéraux, la mobilisation n'ayant pas vraiment porté ses fruits, remarque Les Echos. Même si toutes se disent prêtes à la riposte à la rentrée si le gouvernement ne revoit pas sa copie. "il y aura un préavis systématique dans le contrat nouvelle embauche" affirme Gérard Larcher, dans un entretien à La Tribune. Le ministre délégué à l'Emploi précise que les modalités du nouveau contrat seront connues en juillet.

Automobile, le marché en repli en mai. Les immatriculations de véhicules neufs ont baissé de 1,7 % le mois dernier dans une conjoncture plutôt morose en Europe, indiquent La Tribune et Les Echos. Après les baisses de mars et d'avril, le repli se monte à 2,4 % sur les cinq premiers mois de l'année. Dans ce contexte, PSA et Volkswagen ont bien tiré leur épingle du jeu, Renault est un peu à la peine tandis que Fiat s'effondre, avec une baisse de 20 % de ses ventes depuis le début de l'année. Alors que le constructeur transalpin a toujours du mal à écouler ses modèles en Europe, il est également victime sur son marché domestique d'une grève des transporteurs qui l'ont fait chuter de 28 % en mai. Renault doit par ailleurs dévoiler ce matin, la troisième version de sa Clio, dont les dernières ventes, sur un créneau stratégique, s'essoufflent.

Pétrole, L'Opep inaudible. Les cours de l'or noir sont à nouveau proches de leurs records, à près de 56 dollars le baril à New York, en dépit des annonces de L'Organisation des pays exportateurs hier, à Vienne, relèvent Les Echos et La Tribune. Les onze membres du cartel qui assurent 40 % de la production mondiale, se sont dits prêts à relever leurs quotas de 500.000 barils dès le premier juillet et éventuellement à procéder à une nouvelle hausse du même volume au mois de septembre. Mais ces annonces ne modifient pas fondamentalement la production réelle de l'organisation, qui est déjà largement au-dessus de ses plafonds. Les spécialistes et les spéculateurs sont plutôt sensibles aux statistiques des stocks américains de brut et d'essence, qui ont un peu baissé, et à la forte demande des consommateurs et de l'industrie chinoise.

Didier RAGU

A demain !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte