Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le 13/01/05 - OPA, 2005 débute en fanfare. L'attractivité fiscale de la France s'améliore un peu. Les consommateurs font plonger le déficit américain. Aéronautique, Airbus invite les chinois...

, , , ,

Publié le

Les entreprises citées


OPA, 2005 débute en fanfare. Une nouvelle vague d'OPA est enregistrée sur les marchés européens, relève Les Echos. Les raiders profitent des opportunités en Europe. Après l'offre du groupe de Hong Kong Hutchison Whampoa sur la chaîne française de parfumeries Marionnaud, pour un montant de 900 millions d'euros avec la reprise des dettes, deux autres opérations viennent de se révéler. Dans le secteur des matériaux de construction,  le suisse Holcim, deuxième cimentier mondial derrière Lafarge, va lancer une offre de plus de 2,5 milliards d'euros sur le britannique Aggregate Industries. Enfin dans le secteur du transport aérien, les fonds d'investissement anglais Cinven et BC Partners sont en négociation exclusive pour racheter le système de réservation Amadeus, crée conjointement en  1987 par les compagnies Air France, Iberia et Lufthansa, une opération à 4,3 milliards d'euros.

L'attractivité fiscale de la France s'améliore un peu. La situation est grave, mais pas désespérée : c'est ce qui ressort du baromètre 2005 de la compétitivité fiscale, publié par le cabinet E.Y Law et qui est révélé par La Tribune. Malgré le "poids accablant" dans l'hexagone des prélèvements supportés par les entreprises et les ménages, avec les récentes mesures fiscales qui tentent d'aligner la position française sur celles de ses voisins, la position de la France s'améliore au sein des pays de l'OCDE. Le pays est dans la moyenne en ce qui concerne le taux marginal d'imposition sur le revenu, mais il enregistre toujours le plus fort taux d'imposition sur les sociétés avec l'Espagne et demeure un des seuls avec cette dernière à imposer les grandes fortunes.

Les consommateurs font plonger le déficit américain. Le déficit commercial outre-Atlantique a battu un record en novembre, note La Tribune. Pour la première fois il a dépassé le seuil des 60 milliards de dollars. Sur les onze premiers mois de l'année 2004, le trou de la balance commerciale s'est accentué jusqu'à plus de 561 milliards. Le prix des hydrocarbures est en partie responsable de cette aggravation hivernale. Mais c'est surtout l'appétit des consommateurs américains, notamment pour les appareils électroniques, remarque le Financial Times, dopé par la forte croissance annuelle de 4 %, qui plombe les chiffres. D'autant plus que la demande externe ne suit pas, les exportations américaines ont reculé de 2,3 %, laissant supposer que la politique du dollar faible menée depuis des mois n'est pas la panacée.

Aéronautique, Airbus invite les chinois. Lors de la présentation de son bilan flatteur hier, qui le confirme dans sa place de numéro un mondial, tant en terme de livraisons que de commandes, l'avionneur européen a reconnu avoir conclu un accord avec la Chine, afin de faire participer à hauteur de 5 % les deux principaux holdings aéronautiques du pays au développement du futur long courrier A350, concurrent du 7E7 de Boeing. "L'objectif est de doubler le volume de coopération avec la Chine entre 2006 et 2010" a déclaré Noël Forgeard, le PDG d'Airbus. Le but est de ne pas se laisser distancer par le constructeur de Seattle sur ce marché des plus prometteurs. Le consortium européen pourrait également proposer des coopérations à des constructeurs russes, ajoute Les Echos. Il a également indiqué étudier l'implantation d'une usine aux Etats-Unis, afin d'équiper des appareils A330 qui seraient éventuellement retenus pour l'appel d'offre des avions ravitailleurs de l'US Air Force, rapporte Le Financial Times.

Ubisoft met en garde les prétendants. Les OPA dans le secteur des jeux vidéo sont des opérations très risquées déclare Yves Guillemot, président de l'éditeur français, qui explique sa stratégie dans un entretien aux Echos. Ubisoft a enregistré à la fin du mois de décembre une prise de participation surprise de près de 20 % dans son capital du spécialiste américain Electronics Arts. Le marché anticipe depuis une OPA hostile de l'américain sur l'ensemble du capital, ce qui a fait bondir le titre du français de plus de 60 %. Mais l'entreprise accuse son concurrent de ne vouloir mettre la main que sur son portefeuille des marques et organise sa défense.

L'assouplissement des 35 heures sur le bureau de l'assemblée. La Tribune s'est procuré la proposition de loi des parlementaires UMP, qui vise à introduire de nouvelles règles sur la durée du travail. Le texte comporterait trois articles. Il va autoriser la transformation du temps épargné en salaire, avec paiement immédiat ou différé. Celui-ci pourra bénéficier des dispositifs fiscaux et sociaux réservés à l'épargne d'entreprise. Un régime spécifique est prévu pour les cadres au forfait, qui pourront se faire payer une dizaine de jours de RTT par an, même en l'absence de compte épargne temps. Les petites entreprises de moins de vingt salariés bénéficieront de mesures dérogatoires, avec la prolongation de la taxation minorée des heures supplémentaires pendant trois ans.

Intel enregistre des résultats records. Le fabricant américain de semi-conducteurs a terminé l'année sur une hausse record de ses ventes sur le dernier trimestre, indique la Tribune. Celles-ci ont augmenté de 10 % par rapport à l'année précédente, à 9,6 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires annuel ressort à 34,2 milliards en hausse de 13,5 %, avec un bénéfice net de 7,5 milliards en hausse de 33 %, malgré des problèmes de stocks qui ont impactés le résultat de la fin de l'année, note le Wall Street Journal. La firme de Santa Clara a annoncé qu'elle allait augmenter ses dépenses de R&D et ses investissements en les portant à plus de 10 milliards de dollars.

L'Ania a fait capoté l'accord sur les baisse de prix. Les "négos" achoppent, mais la loi se profile, analyse la magazine LSA. Aucun accord n'a pu être signé entre industriels et distributeurs pour les négociations 2005. Mais il ne s'agit que d'un demi-échec, qui divise surtout les industriels, notamment dans l'agroalimentaire. Dans le même temps la réforme de la loi Galland est officiellement lancée pour une adoption avant l'été. Celle-ci doit permettre de résoudre les problèmes de dérives des marges arrières qui empoisonnent les discussions entre les industriels et les distributeurs.

Didier RAGU

A demain !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle