Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le 10/02/05 - HP-Fiorina, le divorce est consommé. Euronext se lance dans la bataille pour le LSE. Des baisses d'impôts qui respectent un budget serré...

,

Publié le

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer


HP-Fiorina, le divorce est consommé. Les dissensions étaient trop fortes depuis quelques mois entre Carly Fiorina, le PDG de Hewlett-Packard, élue la femme d'affaires la plus puissante des Etats-Unis et son conseil d'administration. Les actionnaires n'avaient plus confiance en sa capacité à améliorer les performances financières de l'entreprise, boudée par les marchés, alors que son rival, Dell Computer, poursuivait une insolente progression, rapportent tous vos quotidiens. L'ambitieuse fusion avec son concurrent Compaq, une opération à 24 milliards de dollars, n'aura pas généré les profits espérés, de même que la pari de la diversification, seule la très profitable branche imprimantes enregistre des bénéfices, alors que le chiffre d'affaires du groupe informatique a quasiment doublé. L'intransigeante patronne de H.P dirigeait seule et limogeait rapidement ceux qui n'étaient pas en phase avec sa stratégie, mais la rentabilité aura finalement eu raison de ses ambitions. C'est l'actuel directeur financier, Robert Wayman, qui assurera l'intérim en attendant de trouver un successeur plus conforme aux objectifs des actionnaires.

Euronext se lance dans la bataille pour le LSE. La bourse paneuropéenne a dévoilé hier son projet en vue d'une offre éventuelle sur le London Stock Exchange, convoité par la bourse allemande. La proposition de l'entreprise de marché dirigée par Jean-François Théodore, ne comporte pas une offre de prix, soulignent les Echos et Le Figaro. Euronext veut avant tout mettre en avant les synergies envisagées, qu'il estime à 200 millions d'euros par an, et la complémentarité des deux marchés qui partagent le même mode de fonctionnement. Il laisse toujours l'initiative d'une offre chiffrée à Deutsche Börse, qui semble garder sa sérénité, tandis que les responsables du LSE n'ont pour le moment pas réagit.

Des baisses d'impôts qui respectent un budget serré. Le ministre de l'Economie et des Finances a bien annoncé la reprise de la baisse des impôts, conformément aux vœux présidentiels, mais la promesse pourrait être réorientée en fonction de nouveaux critères, remarque Les Echos. Les marges de manœuvres avec des finances publiques délicates, sont étroites, alors que le gouvernement a déjà rappelé que la baisse s'inscrirait dans une prévision de croissance de 3 % par an, très difficile à réaliser. Hervé Gaymard a laissé entendre que les baisses éventuelles pourraient être concentrées sur les tranches les plus basses du barème et s'accompagner d'un renforcement de la prime pour l'emploi. Un léger élargissement de l'assiette, voire une fusion de certaines tranches pourraient être envisagés.

Résultats records pour le premier assureur mondial. L'américain AIG, premier assureur mondial  affiche les meilleurs résultats de son histoire, en augmentation de 19 % à plus de 11 milliards de dollars, indiquent Les Echos et La Tribune. Le chiffre d'affaires est en progression de 21 %, à 98,6 milliards de dollars, pour un groupe qui emploie 92.000 salariés dans le monde. Les profits ont fortement augmenté malgré des catastrophes naturelles nombreuses, Typhons et ouragans qui ont coûté plus de 500 millions de dollars. La compagnie s'est par ailleurs retrouvée au cœur de scandales financiers et est poursuivie dans des enquêtes judiciaires sur des problèmes d'entente entre courtiers et assureurs. Elle devra également trouver une transition vers un nouveau management, alors que le patron Maurice Greenberg est âgé de 80 ans .

Rolls-Royce confirme sa bonne santé. Le motoriste britannique confirme la hausse des bénéfices pour 2004, les comptes seront dévoilés aujourd'hui. Le groupe a réussi une nouvelle fois l'année dernière à réduire ses coûts de 5 % et il vise une part de marché de 50 %, avec ses gros moteurs Trent 900 et 1000, qui devraient équiper les gros porteurs airbus A380 et Boeing 787. Dans un entretien à La Tribune, Le PDG John Rose, est raisonnablement optimiste sur les perspectives du marché aérien mondial, rappelant toutefois que les moteurs civils ne représentent que 20 % de l'activité. Le fabricant de réacteurs mise sur la croissance organique et affirme qu'il ne souhaite pas pour le moment participer à la consolidation du secteur.

Gemplus sort du rouge. Après trois années déficitaires, le numéro un mondial de la carte à puces renoue avec les bénéfices, relèvent La Tribune et le Figaro. Le profit net s'affiche à 4,7 millions d'euros en 2004, contre des pertes de 161 millions l'année précédente, pour un chiffre d'affaires de 865 millions, en progression de plus de 15 %. C'est essentiellement le secteur des mobiles très dynamique en 2004 qui explique ces performances. Il pèse encore pour 74 % du total dans l'activité de Gemplus. Mais le fabricant de Gemenos compte trouver d'autres relais de croissance avec la migration des cartes bancaires européennes et asiatiques à la norme EMV ( EuroCard MasterCard Visa). Il vise également le marché en fort développement de l'identification et de la sécurité.

Didier RAGU

A demain !

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle