Le 07/11/05 - Dernier tour de piste pour les autoroutes. Ferroviaire, un marché chinois disputé. Bolloré progresse dans le capital d'Aegis...

Partager


Dernier tour de piste pour les autoroutes. Les candidats au rachat des concessions d'autoroutes ont jusqu'à ce soir 18 heures pour déposer leurs offres fermes à Bercy. Le nombre de propositions, pour une opération qui devrait rapporter autour de 15 milliards à l'Etat, sera connu dans la soirée. Il devrait rester une quinzaine de prétendants, notent La Tribune et Les Echos. Certains, comme le groupe de construction ibérique FCC ou les fonds Terra Firma et PAI partners se sont retirés. Les favoris seraient des groupes de BTP, Vinci et Eiffage, ce dernier est associé à u fonds australien et des exploitants du secteur, l'italien Autostrade, en association avec la CDC et le concessionnaire espagnol Abertis, associé aux assureurs Axa et Predica. Afin de faire taire les critiques sur les méthodes de valorisation, les offres vont être analysées pendant trois semaines, sous le contrôle de personnalités indépendantes. L'Etat pourra ensuite choisir directement les repreneurs, négocier chaque proposition ou organiser un troisième tour, voire ne plus vendre par appel d'offres, si les prix ne sont pas satisfaisants.

Ferroviaire, un marché chinois disputé. Après avoir équipé en métros plusieurs villes chinoises, comme Shanghai et Guangzhou, le groupe allemand Siemens serait sur le point de remporter un contrat juteux pour des rames à grande vitesse, rapporte La Tribune. Le principal adversaire d'Alstom sur le marché des TGV , pourrait avec l'aide du Chancelier Schröder qui va recevoir le président chinois Hu Jintao, obtenir un contrat de 1,3 milliard de d'euros, pour la livraison de 60 ICE. 54 exemplaires équipent la Deutsche Bahn, alors que 26 rames ont été commandées par les chemins de fer espagnols. Selon la presse allemande, ces équipements pourraient être construits en Chine à partir de 2007.Alstom avait vendu pour sa part des rames automotrices roulant à 200 km/h à la fin de 2004, pour un montant de 620 millions d'euros. Le marché chinois est un des plus prometteur. Alors qu'actuellement, seuls 18.000 kilomètres de lignes sont électrifiés, Pékin prévoit un plan d'ici à 2020 afin d'atteindre un chiffre de 50.000 kilomètres.

Bolloré progresse dans le capital d'Aegis. L'homme d'affaires français a acquis 3 % supplémentaires dans le groupe de publicité britannique, sa participation frôle maintenant les 25 %, relève Les Echos. Ces achats de titres seraient notamment financés par la vente d'actions Ingenico. D'ores et déjà, alors que Publicis s'est retiré de la course, il devient fort peu probable que le britannique WPP décide de faire une offre sur son compatriote, compte tenu de cette montée en puissance. Les spécialistes du dossier ne voient pas Vincent Bolloré s'arrêter là. Il pourrait monter dans le capital d'Aegis jusqu'à 29 %, restant en deçà du seuil de 30 % qui l'obligerait à déclencher une offre publique. Mais il pourrait alors, avec le soutien d'autres actionnaires, convoquer une assemblée générale, pour renverser le conseil et nommer de nouveaux administrateurs, comme il l'à fait chez Havas, il y a quelques mois.

Coup d'envoi de la négociation Unedic. Le Premier ministre entame aujourd'hui une série d'entretiens bilatéraux avec les organisations syndicales, mais celles-ci vont se retrouver à partir de demain pour l'ouverture de la négociation sur l'assurance chômage. Un bilan plutôt positif du Pare - le plan d'aide au retour à l'emploi devrait y être présenté, l'accompagnement a eu un effet certain sur la stabilité des emplois retrouvés, de même que de nouvelles projections financières, remarque Les Echos. Les dernières prévisions de déficit cumulé établies en juin, tablaient sur 13,7 milliards d'euros à la fin de l'année et sur un retour à l'équilibre à partir de 2009. La récente baisse du chômage permettra peut-être des projections plus optimistes. La CFDT, François Chérèque est reçu aujourd'hui à Matignon, souhaiterait un accord signé par quatre partenaires sur cinq. Elle serait prête à tendre la main à Force Ouvrière et cette dernière pourrait retrouver sa place dans le jeu contractuel.

Les cogénérateurs obtiennent une rallonge de la part d'EDF. Les sites de cogénération, dont la caractéristique est de fournir à la fois du courant et de la chaleur, ont obtenu discrètement de Bercy le déplafonnement du prix de leur électricité, rachetée par l'opérateur national, révèle Les Echos. Les kilowattheures produits par ce type d'installation sont obligatoirement rachetés par EDF, les tarifs comprennent une prime fixe, couvrant les charges d'investissement, et une part variable reflétant le coût de leur matière première, en l'occurrence le gaz. Mais cette dernière composante est plafonnée par le législateur et avec l'envolée du prix de l'énergie, les prix de revient des opérateurs tels Dalkia ou Elyo risquaient de dépasser de 20 ou 25 % leurs prix de vente. Grâce à un arbitrage de Matignon, un déplafonnement partiel devrait entrer en vigueur à la faveur de la loi de finances rectificative de la fin de l'année. D'aucun y voit un début d'explication à l'entrée de Connex dans le capital de la SNCM, tout comme Dalkia, Connex est une filiale de Veolia.

Nickel calédonien, Falconbridge obtient de nouvelles concessions. L'Etat français accorderait un délai supplémentaire de six mois au groupe minier canadien, pour monter son usine de transformation de nickel dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, indique Les Echos. En plus des 230 millions de dollars de déductions fiscales déjà accordés, les pouvoirs publics seraient également prêts à accorder des garanties d'emprunt à hauteur de 450 millions de dollars. Eramet, l'exploitant français du nickel sur l'île s'inquiète des concessions financières et des délais lâchés par l'Etat, arguant qu'ils représentent une entorse aux accords de Bercy de 1998 dont Eramet est cosignataire. Ceux-ci liaient le bouclage financier du projet et l'engagement irrévocable de Falconbridge de lancer l'usine de Goro, en échange de l'apport du massif minier de Koniambo, le plus beau gisement de nickel de l'île. Pour le moment, le conseil d'administration du groupe canadien semble bien incapable de tenir cet engagement.


Didier RAGU

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS