Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le 06/07/04 - Ioukos au bord du gouffre. Europe, l'Italie évite les sanctions. Polémique sur le dossier médical. Adidas remporte l'Euro devant Nike...

Publié le

Les entreprises citées


Ioukos au bord du gouffre. Le conflit qui oppose le premier pétrolier russe aux autorités du Kremlin, est sur le point de se dénouer. Le fisc demande le paiement cette semaine de plus de 3,4 milliards d'arriérés d'impôts et les banques exposées dans le dossier, peuvent à tout moment demander le remboursement d'un prêt de 1 milliard. Le groupe semble proche de la faillite, et son démantèlement inéluctable, analysent tous vos quotidiens. Pour le Financial Times, Vladimir Poutine a déclenché la crise et il est la clé pour la résoudre. La plupart des spécialistes estimant que le contrôle de la société est sur le point de passer aux mains du gouvernement russe. Ce qui ne semble pas inquiéter les investisseurs, qui attendent une stabilisation de la situation pour s'intéresser de nouveau à un secteur pétrolier russe prometteur.

Europe, l'Italie évite les sanctions. Les mesures de rigueur annoncées par Rome, après la démission forcée de Giulio Tremonti, pour réduire les déficits publics, ont convaincu ses partenaires, relèvent Les Echos et La Tribune. Silvio Berlusconi a promis 7,5 milliards d'euros d'économies pour réduire de 0,6 point de PIB le déficit italien en 2004. Par contre, des procédures ont été ouvertes à l'encontre de la Grèce et de six des nouveaux Etats membres. Ceux-ci sont invités à prendre les mesures nécessaires pour revenir entre 2005 et 2008, sous le seuil des 3 %. Les ministres des Finances européens ont par ailleurs fait avancer le projet, sur lequel ils se prononceront début septembre, de la nomination par ses pairs d'un président, en poste pour deux ans et demi, afin de remplacer l'actuelle formule de présidence semestrielle ou annuelle.

Polémique sur le dossier médical. Lors de la discussion à l'assemblée du projet de réforme de l'assurance-maladie, les députés de l'oppositions ont vertement critiqué le principe de l'instauration du dossier médical personnel, qui serait obligatoire si les patients veulent être remboursés, note Les Echos. Ceux-ci le voient comme une simple arme de régulation financière, qui obligera à divulguer des informations confidentielles. Le ministre de la Santé a accepté des amendements qui apportent des garanties sur le mise en oeuvre de cette mesure. Pour autant, plus d'un quart des médecins libéraux ne posséderaient pas les outils informatiques et internet nécessaires à la gestion du dossier médical partagé.

Adidas remporte l'Euro devant Nike. La réussite de l'équipe grecque a apporté une victoire inattendue a son sponsor, qui faisait grise mine après les éliminations prématurées des équipes allemande et française supportées par la marque aux trois bandes. Le président d'Adidas-Salomon, Herbert Hainer a qualifié l'Euro 2004 de meilleur championnat, aussi bien en terme de chiffre d'affaires que d'image, rapporte La Tribune. Il envisage une hausse de 6 % de ses ventes dans le football cette année, pour atteindre 850 millions d'euros et rester leader mondial sur ce marché, estimé à 2,6 milliards d'euros.

L'industrie électronique réclame le soutien de l'Etat. La filière a perdu 100.000 emplois en trois ans et souhaite réagir aux délocalisations. Fédérée autour de huit syndicats professionnels elle propose, à l'instar de ce qui s'est fait pour l'aéronautique ou les satellites, huit grands programmes sociétaux, indiquent La Tribune et Les Echos. Ce sont la TVHD, l'internet très haut débit, l'automobile intelligente, la sécurité des personnes, l'identité numérique, la domotique vue à travers l'efficacité énergétique, les technologies de la santé et la micro-électronique. Elle demande la mise en place d'une véritable politique industrielle soutenue par le gouvernement pour relancer le secteur.

Des solutions pour réformer la taxe professionnelle. La commission Fouquet va transmettre demain son rapport au gouvernement et proposer des pistes pour réformer cet impôt tant décrié, souligne Le Figaro. Selon le rapport, son poids est trop important et concentré sur un nombre d'entreprises trop faible. Elle pénalise l'investissement, notamment dans les secteurs à forte intensité capitalistique. Les auteurs proposent trois solutions. Supprimer purement et simplement la T.P sans la remplacer par un autre impôt local, mais cela impliquerait une dotation à la charge de l'Etat de plus de 16 milliards d'euros. La seconde piste serait un toilettage pour gommer les défauts les plus criants. Troisième solution, son remplacement par une taxe assise sur de nouvelles bases, chiffre d'affaires, valeur ajoutée, équipements et biens mobiliers ou salaires.

Didier RAGU

A demain !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle