Le 06/05/05 - IBM réduit la voilure en Europe. Auto, les constructeurs américains dans la tourmente. Le gouvernement veut lutter contre le travail illégal...

Partager


IBM réduit la voilure en Europe. Le groupe informatique a annoncé une réduction drastique de ses effectifs en Europe, rapportent tous vos quotidiens. "Big Blue" compte supprimer entre 10 et 13.000 emplois sur le vieux continent, pour des effectifs de près de 100.000 personnes. Rien qu'en France, 7 à 8.000 postes seraient menacés, un plan de réduction serait déjà en négociation avec les syndicats. Le numéro un mondial des services informatiques, souhaite lever le pied sur ces marchés où les ventes faiblissent et réduire la bureaucratie et les infrastructures, pour se concentrer sur les zones à fortes croissances et à forts potentiels, telles que la Chine, l'Inde ou le Brésil. Une somme d'environ 1,5 milliard de dollars va être provisionnée sur le trimestre en cours pour faire face à cette réorganisation, mais IBM estime pouvoir économiser 1 milliard de dollars en année peine, à partir de 2006.

Auto, les constructeurs américains dans la tourmente. Les deux géants de l'automobile, Ford et General Motors, qui ne cessent de perdre des parts sur leur marché domestique, fortement concurrencés par les constructeurs asiatiques et pénalisés par la flambée du carburant, sont dans le collimateur des agences de notation. Leurs notes ont été rabaissées par Standard & Poor's, pour tomber dans la catégorie des titres spéculatifs, indiquent La Tribune et Les Echos. Les agences craignent un vrai risque de défaut sur une partie de leur dette. En avril, les ventes ont chuté de 7,7 % pour GM et de 5 % chez Ford, alors que le marché était en légère hausse. Les deux constructeurs vont voir renchérir leurs coûts de financement, ce qui va pénaliser leurs filiales de crédit automobile, qui assurent pourtant encore une bonne partie de leurs profits. Par ailleurs, des rumeurs d'OPA se font jour, après l'annonce du milliardaire américain Kerkorian de vouloir acquérir 5 % supplémentaire de GM, ce qui le transformerait en troisième actionnaire avec près de 9 % du capital, et pourrait pousser le constructeur à infléchir sa stratégie, note le Financial Times.

Le gouvernement veut lutter contre le travail illégal. Un Office central de lutte contre le travail illégal, va être mis en place demain, avec un nouvel arsenal juridique et policier, relève Les Echos. Il aura pour vocation d'animer et de coordonner les investigations, d'étudier les comportements délictueux, de centraliser les informations et d'assister les services investis des recherches. Le projet de loi Jacob sur le développement des PME prévoit pour sa part d'ajouter un chapitre "Travail illégal" au code du travail. Il entérine la possibilité de refuser les aides à l'emploi aux entreprises en infraction. Dans le BTP, le spectacle, l'Hôtellerie-restauration et l'agriculture, 72.00 contrôles ont été effectués l'année dernière, dont plus de 40 % ont donné lieu à des procès verbaux et à 15 millions d'euros de recouvrement de cotisations sociales. L'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) estime à 4 milliards la sous-déclaration des cotisations.


Le numéro un mondial du polypropylène vendu à des investisseurs. Basell, la coentreprise créée à parité en 2000 par Shell et BASF est cédée pour 4,4 milliards d'euros, à deux investisseurs, l'un américain, Access Industries et l'autre basé également aux Etats-Unis, mais ayant une forte présence en Inde, Chatterjee Group, rapportent Les Echos et La Tribune. Basell, en vente depuis juillet 2004, réalise 6,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le polypropylène, mais également dans le polyéthylène, dont il est le septième acteur mondial. Il emploie 6.600 salariés. La transaction annoncée hier par le chimiste allemand et le pétrolier anglo-néerlandais devrait être finalisée au second semestre. L'entreprise dont le siège social est aux Pays-Bas avait fait l'objet d'une offre d'une compagnie iranienne, mais celle-ci n'avait pas été retenue pour raison politique.

Tony Blair reparti pour un tour. Le Labour a remporté pour la première fois un troisième mandat consécutif au Royaume-Uni, indiquent vos journaux. Malgré la polémique sur l'engagement de l'armée britannique en Irak et une nette poussée des conservateurs, le parti travailliste a une nouvelle fois remporté la majorité au parlement. Le succès est plus serré, la majorité est moins confortable avec seulement 37 % des voix, contre 40,7 % il y a quatre ans. Alors que Londres va prendre la présidence semestrielle de L'Union européenne au premier juillet prochain, Tony Blair a été porté par huit années de croissance continue, supérieure à la moyenne européenne, une inflation modérée autour de 1,3 % et un taux de chômage au plus bas depuis trente ans, à 4,8 %. Pour autant, le Premier ministre va devoir réformer un système de retraite en crise, redresser des services publics, notamment la santé, fortement dégradés et pourrait devoir faire face à un alourdissement des déficits.

Dider RAGU
Bon week-end, à lundi !

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS