Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

LCI, le laboratoire où Renault concocte ses innovations de rupture

Pauline Ducamp , ,

Publié le

Le constructeur français Renault a créé une structure chargée de développer des innovations disruptives, pour imaginer l’automobile de demain, le Laboratoire Collaboratif d’Innovation (LCI).

LCI, le laboratoire où Renault concocte ses innovations de rupture © Jon Ongkiehong

Pour développer la voiture de demain, Renault s’est doté d’un outil proche de la start-up innovante, le Laboratoire Collaboratif d’Innovation (LCI). "Nous sommes les héritiers de la première Twingo et du Twizzy" résume ainsi Jean-François Lerooy, chef de service Concept Carrosserie au LCI. L’approche de ce laboratoire est en effet particulière. Elle part du principe que les plus grands succès de Renault sont des véhicules disruptifs pour leur époque (l’Espace, la Twingo), et cherche donc à capter quelles seront les disruptions de demain.

Des créatifs

"Renault est rempli de personnes créatives qui ne peuvent utiliser cette créativité car ils ont des objectifs techniques et de rentabilité très précis" poursuit Jean-François Lerooy. Le LCI leur donne alors l’occasion d’exprimer cette créativité au-delà du schéma contraint et normé de création d’un véhicule. "Le laboratoire ne va pas remplacer la Clio par son successeur, mais amener des véhicules plus en avance, en phase avec ce que le marché demande" détaille le directeur du laboratoire, Gilles Lallement.

Deux ans par projet

Le LCI regroupe ainsi une cinquantaine de personnes auxquelles la direction centrale pose des questions très larges. Au lieu de travailler en silo comme dans le reste de l’entreprise, les cinquante ingénieurs de l’équipe, qu’ils soient au design, à l’ingénierie ou au produit, réfléchissent tous ensemble, profitent de l’expérience du bureau de Renault dans la Silicon Valley ou s’inspirent des outils collaboratifs mis en place par Renault comme le FabLab.

Une fois les idées lancées, les trois directeurs design, produit et engineering les valident. La règle est alors de livrer un produit clé en main, avec une équation économiquement viable, en 18 à 24 mois maximum. "Chaque membre du LCI va chercher des compétences en interne, dans son métier, pour aider à développer le projet, ajoute Patrick Lecharpy, responsable pour le design au LCI. En associant très tôt les autres salariés du groupe, on les entraine dans l’aventure".

Une planche de bord à écran

Ces derniers temps, le LCI a dû répondre à la question : comment créer une voiture qui réponde aux besoins de la génération Y, personnalisée et connecté ? Comment faire de la voiture un grand iPhone ? Le résultat est bluffant. Jean-François Lerooy et sa collègue spécialiste d’électronique Solenn Kerleroux ont retravaillé la planche de bord d’une Twingo pour la remplacer par deux écrans de 16 pouces, installés entre le volant et l’aérateur côté passager. Le dispositif se retrouve aussi dans le concept Value up.

L’un est à destination du conducteur, l’autre pour le passager. "Nous sommes partis d’un signal faible et avons travaillé pour que ce projet puisse être envisagé sur une voiture d’ici 5 ans" résume Jean-François Lerooy. Cette innovation ne devrait pas être facturée plus d’un millier d’euros au consommateur si elle est transposée en série.

Petit véhicule low-cost

D’autres projets de LCI sont déjà proches de la production. C’est le cas de la petite citadine à bas coût qui sera commercialisée en Inde en 2015, bâtie sur la plate-forme modulaire CMF-A. Menée par Gérard Detourbet, le "papa" de la Logan, le projet a été lancé en interne auprès des équipes classiques de développement véhicule mais aussi au LCI. Dans cette compétition, c’est le projet du laboratoire qui a été retenu et que les équipes d’ingénieurs classiques ont ensuite développé. L’un des enjeux du projet a ici été de sortir de la logique de "carry-over", soit la reconduction de pièces et de plate-forme qui prévaut sur les projets véhicules.

"En respectant le plus finement le carry-over, on ne peut pas atteindre la logique de prix très bas imposé par ce type de véhicule, qui demande des solutions simples" précise un ingénieur. Le LCI a donc privilégié un plancher plus simple ou une banquette. L’antenne du LCI en Inde a aussi beaucoup aidé sur ce projet. L’influence extérieure est aussi l’une des composantes du LCI : une start-up d’un spécialiste de l’électronique grand public travaille par exemple spécialement pour le laboratoire. L’une des autres grandes réussites du laboratoire se nomme Eolab, le véhicule 1 litre aux 100 de Renault.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle