LAVAGE DE DÉCHETSLE CO2 SUPERCRITIQUE RECYCLE L'HUILELe Centre de recherches de Karlsruhe s'apprête à passer à l'échelle industrielle son procédé de lavage des déchets métalliques ou verriers mêlés d'huile.

Partager

LAVAGE DE DÉCHETS

LE CO2 SUPERCRITIQUE RECYCLE L'HUILE

Le Centre de recherches de Karlsruhe s'apprête à passer à l'échelle industrielle son procédé de lavage des déchets métalliques ou verriers mêlés d'huile.



Depuis des années, les fluides supercritiques sont utilisés dans les industries alimentaire et pharmaceutique pour extraire des substances naturelles telles que la caféine, la théine, la nicotine ou certains arômes. Ces fluides, en effet, possèdent un remarquable pouvoir solvant, proportionnel à leur densité. Le Centre de recherches de Karlsruhe (CRK) a utilisé ce procédé pour séparer l'huile des déchets issus des industries métallurgiques ou verrières. "Nous n'avons fait qu'appliquer des principes connus, explique Jürgen Schön, ingénieur de recherche au CRK. A une densité de 0,6g/cm3, le CO2 supercritique a le pouvoir solvant du pentane. Mais, à une densité double, il devient aussi puissant que des composés organiques comme la pyridine ou l'acétone." C'est cette propriété qui est mise à profit pour dissoudre les hydrocarbures dans le CO2 supercritique et séparer ainsi l'huile de la partie solide des déchets.

Un procédé entraînant un stockage deux fois moins cher

L'installation pilote construite au CRK lave des charges de 4litres. Stocké à 0°C, le CO2 est porté à la pression voulue par une pompe à membrane, puis chauffé à travers un échangeur de chaleur. Une fois supercritique, il traverse la masse des déchets et dissout les hydrocabures qui y sont mêlés. Il est ensuite détendu à travers un séparateur de phases entraînant la condensation de l'huile. Le procédé a été appliqué à une série de déchets métallurgiques et verriers contenant au maximum 35% d'huile. Après un lavage de quelques heures, le taux résiduel d'hydrocarbure encore présent est descendu à moins de 4%. Si les déchets métalliques traités contiennent un métal ou un alliage précieux, l'opération devient vite rentable! "Chaque année, l'Allemagne produit plus de 150000 tonnes de déchets verriers ou métallurgiques. Et leur stockage en décharge spéciale revient à plus de 3000francs la tonne", explique Jürgen Schön. Le procédé mis au point par le CRK est estimé à 1700francs la tonne. Le CRK vient de louer une installation industrielle capable de traiter des charges d'une demi-tonne. Ainsi, la véritable rentabilité du lavage supercritique pourra y être mesurée.

François SAVATIER

USINE NOUVELLE N°2506

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS