Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Laurence Parisot prône les pactes compétitivité emploi

Publié le

Une semaine avant la tenue d’un sommet social, la présidente du Medef estime que sur la question du chômage partiel il faut simplifier les procédures et reconduire ce qui avait été fait en 2008.

Laurence Parisot prône les pactes compétitivité emploi © Luc Pérenom - Usine Nouvelle

Dans un entretien au quotidien Les Echos le 11 janvier, la présidente du Medef Laurence Parisot prône une modification du code du travail pour permettre aux entreprises de conclure des accords réduisant le temps de travail applicable à tous les salariés. Selon elle, le gouvernement doit promouvoir les pactes compétitivité emploi, "pour trouver un meilleur équilibre entre temps de travail, salaires et emplois en faisant bouger les paramètres lorsque la situation se dégrade".

Mais la présidente du Medef explique que cela revient à une modification du contrat de travail, qui "requiert l’accord de chaque salarié individuellement". Elle souhaite que de tels accords s’appliquent globalement à tous les salariés dans certains cas.

Le gouvernement doit proposer des pactes compétitivité emploi lors du prochain sommet social du 18 janvier. Ces pactes ont pour but d’aménager le temps de travail ou la production, selon la situation de l’entreprise, à travers des accords négociés avec les représentants des salariés. En contrepartie, l’entreprise garantit les emplois. Le Premier ministre, François Fillon, a appelé le 10 janvier à l’instauration d’une réforme législative pour permettre la conclusion de ces accords.

Sur la question de la TVA sociale, elle relève que "les positions du patronat et des syndicats ne sont pas si éloignées". Elle estime "qu’on ne peut prendre d'engagements collectifs sur l'usage de la baisse des charges car certaines entreprises auront intérêt à investir, d'autres à embaucher, d'autres à augmenter les salaires et il faut laisser à chacune la liberté d'agir en fonction de ses propres besoins". Elle laisse ouverte la question et assure que le Medef est "prêt à prendre dans le cadre du sommet social des engagements en matière d'emploi".

La présidente du Medef revient dans son entretien sur l’autre question qui sera soulevée lors du sommet social, à savoir le chômage partiel. Elle estime qu’il faut alors "reconduire ce qui avait été fait en 2008/2009 et simplifier les procédures". Mais elle incite l’Etat à "financer sa part en temps réel sans décalage de trésorerie", qu’elle estime "pénalisant".
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle