Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Laurence Parisot abat ses cartes pour faire accepter la réforme des statuts du Medef

Elodie Vallerey ,

Publié le

Dans un entretien aux Echos du 25 mars, la présidente du Medef revient sur sa volonté de réformer les statuts de l'organisation patronale pour briguer un troisième mandat à sa tête. Et en appelle à la "crédibilité du patronat", confortée par la récente décision du comité statutaire du syndicat.

Laurence Parisot abat ses cartes pour faire accepter la réforme des statuts du Medef © D.R. - Medef

Laurence Parisot joue son va-tout. L'assemblée générale du Medef le 16 avril en ligne de mire. Pour justifier sa volonté de réformer les statuts du syndicat, elle dénonce dans une interview aux Echos le processus mis en place par l'organisation patronale pour élire son représentant.

"Les règles actuelles créent une inégalité entre les candidats, mais surtout, transforment l'élection au second mandat en une cooptation : 'Tu resteras si... et à condition de ne rien faire qui dérange'. C'est la porte ouverte à tous les marchandages et toutes les intrigues. Moi-même, je me souviens de ceux qui voulaient en 2010 que j'abandonne le sociétal et revienne à un format plus classique du Medef (...)", justifie-t-elle. "A cette époque, j'ai résisté aux pressions grâce à des soutiens courageux. Peut-être aujourd'hui suis-je la première à dénoncer cet état de fait, mais certainement pas la seule à l'avoir vécu, et c'est premièrement pour cela qu'il faut changer les statuts".

Le 18 mars, le comité statutaire du Medef est allé dans le sens de sa présidente en proposant une réforme qui autoriserait des mandats de cinq ans, sans limitation dans leur nombre. La patronne du Medef, récemment lâchée par le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), Patrick Bernasconi, longtemps à ses côtés, s'interroge : "Le comité statutaire du Medef, profondément respecté par tous, a adopté à l'unanimité cette proposition de réforme : au nom de quoi ne pas la mettre en débat ? N'est-ce pas seulement un prétexte pour choisir ses adversaires et m'empêcher d'entrer en lice ?".

"Certes, le changement de statuts me permettrait d'être candidate dans la campagne électorale qui va s'ouvrir mais il aurait aussi d'autres conséquences. Il en va à mes yeux de la force et de la crédibilité du patronat pour l'avenir. Des vérités doivent donc être rétablies, des non-dits dévoilés et des perversités déjouées", a-t-elle évoqué, sans détailler ces accusations.

Un nouveau conseil exécutif du Medef se tiendra le 28 mars, afin de décider si la réforme des statuts souhaitée par Laurence Parisot et le comité statutaire est présentée ou pas devant le corps électoral.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle