Latécoère investit mais supprime 236 postes

L'équipementier Latécoère revoit son schéma industriel pour faire face à la pression commerciale dans le secteur aéro. Il comprend un nouveau site en région toulousaine et la suppression probable de 236 postes.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Latécoère investit mais supprime 236 postes
Latecoere

La présentation des résultats annuels en mars dernier avait laissé un goût d’inachevé. Alors que le directeur général de Latécoère, Frédéric Michelland, assurait vouloir mettre en œuvre un nouvel élan industriel après des années de vicissitudes financières, les moyens concrets de déployer cette stratégie restaient obscurs. L’équipementier aéronautique a levé le voile mardi 7 juin sur son plan stratégique intitulé "transformation 2020".

A LIRE AUSSI

Avec Latécoere à Casablanca, l’aéronautique au Maroc gagne une usine de plus

Il témoigne d’un groupe qui tente de maintenir sa compétitivité dans un secteur où les relations commerciales ne cessent de se durcir et dans un segment industriel où les marges sont parmi les plus faibles. Comme tous les équipementiers, Latécoère fait face à une pression considérable de la part des avionneurs pour respecter le planning des hausses de cadences de production, en particulier pour les Airbus A320 et A350, mais il pâtit a contrario d’une baisse de charges dans des programmes tels l’A330, l’A380, l’A440M et le Falcon 7X de Dassault Aviation.

menace sur l'emploi

Une décision de ce plan de transformation cristallisera sans aucun doute l’attention médiatique dans un pays à l’industrie malmenée : Latécoère prévoit la suppression probable de 236 postes, dont 232 pour la branche Aérostructure et 4 pour les Systèmes d’Interconnexion. Un niveau significatif pour une entreprise qui emploie 4 964 personnes dont 2 356 en France.

A LIRE AUSSI

Latécoère cherche à sortir des griffes de sa dette

"Le groupe s’engage à faire du reclassement interne sa priorité absolue et à faciliter les reclassements au sein de la filière aéronautique dans la région, assure-t-il dans un communiqué. Un Plan de Départs Volontaires (PDV) sera également mis en place pour limiter l’impact social du projet". Mais Latécoère prévient qu’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) devrait suivre.

Toujours sur le volet social, Latécoère prévoit de renforcer deux sites, ceux de Gimont (Gers) et Liposthey (Landes) : ils accueilleront l’ensemble des activités du site de Tarbes voué à la fermeture, ainsi que certaines productions réalisées sur le site de Périole (Haute-Garonne), près de Toulouse. Un nouveau schéma industriel qui s’explique par la volonté de l’équipementier de concentrer ses efforts sur les sites les plus importants et les activités à plus haute valeur ajoutée, telles que les meubles avioniques et les harnais électriques.

Des investissements à Toulouse et en Bulgarie

L’équipementier Latécoère se replie-t-il sur lui-même ? Non, c’est le contraire : il compte consacrer 100 millions d’euros à des investissements industriels sur la période 2017-2021. Et déjà le groupe annonce mettre 20 millions d’euros sur la table pour un nouveau site de production à Toulouse, qui pourrait employer une centaine de personnes. Une initiative qui vise à réintégrer des activités qui avaient été confiées à des sous-traitants. A l’inverse, l’équipementier prévoit une nouvelle implantation en Bulgarie qui accueillera le petit assemblage, une activité à faible valeur ajoutée.

A LIRE AUSSI

Aerolia, Sogerma, Latécoère : l’aérostructure court après sa rentabilité

"Ce projet vise à améliorer la compétitivité du groupe et à l’adapter aux besoins de ses clients dans une industrie aéronautique en profonde mutation et un écosystème concurrentiel toujours plus exigeant", peut-on lire dans le communiqué. Comprendre : les avionneurs exigent des baisses de prix (arguant des importants volumes de production), les compagnies aériennes attendent des produits de plus en plus différenciant (sur fond de concurrence acharnée dans l’aérien), Latécoère doit donc se concentrer sur la plus haute valeur ajoutée pour maintenir des prix compétitifs et des marges dignes de ce nom. Le succès dans l’aéronautique ne s’acquiert pas à n’importe quel prix.

Olivier James

0 Commentaire

Latécoère investit mais supprime 236 postes

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

LATECOERE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS