L'Usine Aéro

Latécoère affiche des pertes en 2019 et mise plus que jamais sur l’innovation

Olivier James , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Si Latécoère a publié une perte nette de 33 millions d’euros pour l'année 2019, l’équipementier poursuit ses efforts en matière de produits innovants. Le coronavirus pourrait impacter le groupe cette année.

Latécoère affiche des pertes en 2019 et mise plus que jamais sur l’innovation
Latécoère mène sa transformation à marche forcée, dont le site ultra moderne de Montredon (Haute-Garonne) en est la meilleure illustration.
© Arnaud Spani - Latécoère

Latécoère poursuit son lent rétablissement. Alors que l’équipementier aéronautique est en passe d’achever son plan de restructuration intitulé Transformation 2020, annoncé en 2016, il a affiché lors de la présentation de ses résultats, mardi 10 mars, à la fois un chiffre d’affaires en hausse de 713,1 millions d’euros (+7%) mais des pertes à hauteur de 32,9 millions d’euros (contre un bénéfice net de 6 millions d’euros en 2018).

Paradoxe : le groupe plus que centenaire, spécialiste des aérostructures et des systèmes d’interconnexions, qui a traversé des années noires en 2010, bénéficie d’une vitalité commerciale certaine et d’une efficacité industrielle inédite sous l’impulsion de sa directrice général arrivée fin 2016, Yannick Assouad, mais peine à générer durablement des profits.

Comment expliquer ces pertes ? D’abord par les coûts du plan de transformation, qui vise à la fois à spécialiser et à moderniser les sites de production et à s’approcher au plus près des clients finaux. A l’échelle du groupe, les pertes s’expliquent également par le coût de la dette actuelle, des effets de change et de nombreuses taxes à payer. Qui plus est, la branche Interconnexions, malgré les contrats engrangés, a plombé Latécoère. "Sa sous-performance provient pour moitié de perturbations logistiques liés à un nouvel outil ERP et à des problèmes avec un fournisseur", a détaillé Michel Abaza, le directeur financier. Le démarrage de certains nouveaux contrats a également pesé dans les coûts.

Des sites plus efficaces

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte