Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

LANGUEDOC-ROUSSILLONMONTPELLIER PARIE SUR LES PMILes déboires d'IBM ont traumatisé Montpellier. Aujourd'hui, les espoirs se tournent vers les petites entreprises innovantes de l'électronique et de l'électricité, dynamisées par GEC-Alsthom

,

Publié le

LANGUEDOC-ROUSSILLON

MONTPELLIER PARIE SUR LES PMI

Les déboires d'IBM ont traumatisé Montpellier. Aujourd'hui, les espoirs se tournent vers les petites entreprises innovantes de l'électronique et de l'électricité, dynamisées par GEC-Alsthom

.

Après l'ère IBM, Montpellier serait-elle en train de passer à celle de GEC-Alsthom? Traumatisés par les déboires du géant de l'informatique, les responsables locaux mettent désormais tous leurs espoirs dans le développement d'un pôle électronique et électrique animé par un autre grand de l'industrie, GEC-Alsthom. GEC-Alsthom Composants vient de prendre deux décisions notables: la création d'une unité de fabrication de disjoncteurs à moyenne tension à coupure dans le vide, qui seront commercialisés en Europe et fabriqués selon un procédé inédit mis au point par GEC-Alsthom-T&D Appareillage et Equipements, installé à Vendargues (Hérault); le regroupement de ses unités héraultaises (Vendargues, Saint-Mathieu-de-Tréviers et Montpellier) dans un bâtiment de 14000mètres carrés situé sur le parc technologique et industriel d'IBM. Ces décisions consolident un tissu industriel convalescent depuis les difficultés rencontrées par IBM. Les effectifs de l'usine, spécialisée dans la production des grands ordinateurs, ont fondu de moitié en cinq ans, soit une perte nette de 1500emplois, auxquels s'ajoutent les 500emplois sacrifiés par la sous-traitance. Le choc a été lourd pour l'industrie de la région montpelliéraine, qui a ainsi perdu plus de 15% des postes dans l'industrie, ramenant les effectifs industriels à 11876personnes, soit seulement 13% de la population active. Le tissu industriel de Montpellier serait-il en passe d'oublier ce traumatisme? Si l'on excepte "la galaxie IBM", on constate en effet une croissance de l'emploi industriel de plus de 35% en dix ans. Une gageure réalisée essentiellement à partir de deux éléments: le développement de la "galaxie GEC- Alsthom", qui, avec ses différentes usines, totalise près de 700emplois et la création d'un ensemble de petites entreprises très innovantes.

Un tissu industriel encore fragile

Eclaté,-90% des entreprises ont moins de neuf salariés-ce tissu industriel est également peu polarisé. Deux domaines occupent cependant près de 40% de l'effectif industriel: la fabrication de matériel informatique, grâce à IBM, qui totalise près de 1600 emplois, et la fabrication de matériel électrique et électronique. Plus récente, cette dernière filière, qui compte près de 1800emplois, soit 20% de l'effectif industriel, se développe tant en production de biens intermédiaires qu'en biens d'équipement.La production de biens intermédiaires s'est structurée à partir des besoins et des exigences d'IBM en termes de sous-traitance. Pour l'instant, le tissu des sous-traitants "purs" est plutôt réduit. Quatre en tout et pour tout: Matthelec (50personnes), Eurofarad (150personnes), Polytech (110personnes) et Omicron (40personnes). L'offre de ces entreprises de taille moyenne est complétée par des petites entreprises spécialisées dans la sous-traitance électronique, électrique, voire mécanique et tôlerie de précision. Des firmes qui assurent le renouveau de l'industrie montpelliéraine: le nombre d'établissements dans ce secteur a plus que doublé en dix ans, passant de 70unités à près de 170. Quant à la production de biens d'équipement, elle s'appuie sur deux compétences: le matériel de pesage et de mesure, représenté par des petites sociétés - au maximum 20salariés et 8millions de chiffre d'affaires-, comme Baléa, Capelec, Captels ou PB Mesures; les industries du matériel médical, dont ABX, Labover ou Alcyon Analyzer (voir "L'Usine Nouvelle", N°2511). Globalement, un tissu de PMI qui alimentent des sous-traitants fragilisés par la baisse d'activité d'IBM.

Benoît SABATHIER



Les dix premières entreprises industrielles

IBM ,1080 salariés (1300 avec ses filiales axone , Montpellier techonologies et Logic line opérations).

Sanofi, 800 salariés.

Bec Frères, travaux publics, 300 à 400 personnes. Chiffre d'affaires consolidé: 1,44milliard de francs.

GEC-Alsthom-T&D Protection et Contrôle SA, 281salariés. Chiffre d'affaires: 246,5millions

de francs.

ABX, conception et fabrication d'analyseurs d'hématologie, 258salariés. Chiffre d'affaires: 194 millions de francs.

Tailleur Logisud, gestion de stocks, emballage industriel, logistique, 255salariés. Chiffre d'affaires: 120 millions de francs.

Hygiène Diffusion (groupe), 220 salariés. Chiffre d'affaires: 400millions de francs

GEC-Alsthom-T&D Composants SA, 194 salariés. Chiffre d'affaires: 175millions de francs.

Cegelec, électricité industrielle, 177 salariés. Chiffre d'affaires: 87 millions de francs.

Laboratoires Chauvin, ophtalmologie 150 salariés à Montpellier et 740 dans le groupe. Chiffre d'affaires du groupe: 582millions de francs.

USINE NOUVELLE N°2513

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle