Landis+Gyr sous le prix de l'IPO pour ses débuts boursiers

ZURICH (Reuters) - Le fabricant suisse d'appareils de mesure Landis+Gyr a fait des débuts boursiers timides vendredi, après avoir réalisé la plus importante introduction en Bourse (IPO) en Suisse depuis onze ans.
Partager
Landis+Gyr sous le prix de l'IPO pour ses débuts boursiers
Le fabricant suisse d'appareils de mesure Landis+Gyr a fait des débuts boursiers timides vendredi, après avoir réalisé la plus importante introduction en Bourse (IPO) en Suisse depuis onze ans. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

L'action Landis+Gyr s'échangeait à environ 77,30 francs suisses dans les premières transactions sur la Bourse SIX Swiss Exchange, légèrement en deçà de son prix d'introduction fixé à 78 francs.

La fourchette de l'IPO avait été établie entre 70 et 82 francs par action et au prix de 78 francs la capitalisation boursière représentait 2,3 milliards de francs (2,07 milliards d'euros), soit la plus importante introduction en Bourse en Suisse depuis celle de Petroplus en 2006.

Landis+Gyr, détenue principalement par le conglomérat japonais Toshiba, avait dit vouloir rompre ses liens avec sa maison mère, engluée dans un scandale comptable et à la recherche de liquidités pour couvrir les pertes de sa filiale nucléaire Westinghouse aux Etats-Unis.

Toshiba, qui avait acquis une participation de 60% dans Landis+Gyr en 2011, a annoncé vendredi qu'il enregistrerait un bénéfice net de 40 milliards de yens (307 millions d'euros) tiré de la vente de cette participation au cours de l'exercice fiscal annuel clos fin mars 2018.

Le fonds adossé à l'Etat japonais Innovation Corporation Network of Japan (INCJ), qui fait partie d'un consortium avec lequel Toshiba discute de la vente de sa division de semi-conducteurs, va également céder l'intégralité de sa participation de 40% dans le groupe suisse, a dit Toshiba.

Landis+Gyr fournit des équipements de mesure dits "intelligents" permettant aux consommateurs et aux entreprises de services aux collectivités de suivre et de gérer la consommation d'électricité, de gaz ou d'eau.

(Joshua Franklin et Makiko Yamazaki, Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS