Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Lancement du premier fonds d’investissement pour les start-up aéronautiques

Olivier James , ,

Publié le

L’incubateur Starburst Accelerator lance le premier fonds destiné à aider les start-up aéronautiques et spatiales. Il est doté d’une enveloppe de 200 millions de dollars sur trois ans.

Lancement du premier fonds d’investissement pour les start-up aéronautiques
François Chopard
© DR

"Cest le 3ème étage de la fusée que nous mettons enfin en place". François Chopard est ravi. Après la création de l’incubateur de start-up Starburst Accelerator en 2014, puis son développement à l’international, son fondateur est parvenu à concrétiser une nouvelle étape cruciale : la création de premier fonds d’investissement dédié aux start-up de l’aéronautique et du spatial. Fort d’une enveloppe de 200 millions de dollars, il permettra de financer une trentaine de jeunes pousses sur trois ans, avec des investissements en capital compris entre 3 et 5 millions de dollars.

Depuis sa base parisienne située dans l’ancien hôpital Boucicaut (XVème), Starburst Accelerator a su s’exporter. La recette – détecter des start-up innovantes, les conseiller et leur permettre de séduire les poids lourds de l’aéronautique – a fini par s’imposer dans un secteur longtemps marqué par une bonne dose de conservatisme. En deux ans, l’incubateur a soutenu une centaine de start-up et s’est implanté à San Francisco (Californie), Munich (Allemagne) et plus récemment à Singapour. C’est cette dernière étape asiatique qui a permis à François Chopard de mettre sur pied l’outil financier qui manquait lui jusque-là.

Des effectifs à la hausse

"Le fonds singapourien Leonie Hill Capital spécialisé dans les télécoms s’est intéressé à notre projet car il souhaitait investir dans des start-up", raconte François Chopard. Les équipes se rencontrent en septembre, le courant passe. En deux mois, le montage est défini. A l’enveloppe de Leonie Hill va s’ajouter la participation d’autres acteurs industriels. Le fonds sera opérationnel dès janvier 2017 et géré depuis San Francisco via une nouvelle équipe dédiée de 15 personnes. En pratique, il vise à aider des start-up passées par Starburst et qui s’apprêtent après 18 mois d’incubation à se lancer seules dans le marché aéronautique. L’incubateur se dote d’une force de frappe qui devrait permettre d’infuser des solutions innovantes dans un secteur aéronautique en pleine croissance.

François Chopard s’est pourtant heurté à de nombreux obstacles. Une première tentative de création de fonds, avec l’Elysée dans la boucle s’est soldée par un échec en 2015. Il faut dire qu’Airbus et Safran, qui ont lancé leurs propres initiatives en termes de financements de start-up, n’ont pas souhaité s’investir dans un nouveau fonds. Puis une deuxième tentative, avec un fonds canadien, a elle aussi tourné court au printemps 2016. La troisième avec Leonie Hille sera la bonne. Au vu de cette nouvelle étape de développement, Starburst étoffera ses équipes. Les effectifs de l’incubateur devraient passer de 20 salariés aujourd’hui à 40 fin 2017. Des discussions sont engagées au Canada et aux Pays-Bas pour favoriser la création de start-up.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle