Lagardère s’estime lésé dans le cadre de la fusion EADS – BAE Systems

Le groupe actionnaire de référence d’EADS a appelé la direction du groupe à un réexamen du projet.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Lagardère s’estime lésé dans le cadre de la fusion EADS – BAE Systems

"Lagardère estime, à ce stade, insatisfaisantes les conditions de rapprochement entre EADS et BAE, souligne le groupe français dans un communiqué ce 1er octobre. Nous invitons la direction exécutive d'EADS à engager sans attendre l'indispensable réexamen du projet de rapprochement (...), en prenant mieux en compte l'ensemble des intérêts de l'actionnariat français de contrôle d'EADS".

Le communiqué précise aussi que "ce projet, en dépit du potentiel industriel et stratégique qui lui est prêté, n'a pas démontré à ce jour qu'il était créateur de valeur pour EADS".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Actuellement, le groupe Lagardère est actionnaire à hauteur de 22,35% avec l’Etat français à travers la holding Sogeade dans le capital d’EADS. Daimler lui possède 22,35% des droits de vote pour l'Allemagne. Or, le groupe allemand a confirmé après l'annonce de la fusion qu'il entendait toujours céder 7,5% du capital à un consortium, comprenant la banque publique allemande KfW.

Le projet de fusion révélé début septembre prévoit de donner une "action spéciale" à la Grande-Bretagne, à l'Allemagne et à la France, qui leur permettrait à chacun de s'opposer à ce que quiconque acquière plus de 15% du capital.

Cette annonce du groupe Lagardère intervient quelques heures après la parution d’une tribune dans le Monde des deux patrons d’EADS et de BAE Systems. Tom Enders et Ian King ont souligné dimanche que les intérêts de l'Allemagne seront préservés sans que le pays ait besoin d'entrer au capital du futur numéro un mondial du secteur.

Selon la législation britannique sur les fusions et acquisitions, EADS et BAE Systems ont jusqu'au 10 octobre pour présenter un projet détaillé de rapprochement. Les gouvernements envisageraient d'étendre ce délai jugé trop court étant donné les enjeux, mais les deux groupes ne le souhaitent pas.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS