LafargeHolcim confirme fermer son siège parisien, 97 emplois sont affectés

Le siège parisien de LafargeHolcim va fermer, a confirmé le groupe le 25 mai, annonçant une simplication de son organisation entre Paris et Zurich. Une refonte qui affectera 200 emplois, dont 97 en France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

LafargeHolcim confirme fermer son siège parisien, 97 emplois sont affectés
Le siège parisien de LafargeHolcim va fermer, 97 emplois vont disparaître

LafargeHolcim a décidé de remanier en profondeur ses sièges sociaux de Paris et de Zurich (Suisse), avec un impact sur 200 emplois, dont 97 postes à Paris, a indiqué le groupe dans un communiqué le 25 mai, confirmant des informations publiées par Reuters la veille.

Cette refonte s'inscrit dans un programme de réduction des coûts du cimentier franco-suisse, qui la présente comme une "simplification de son organisation", "conformément à sa stratégie 2022" lancée en mars 2018 "qui permettra à l’entreprise de croître et de saisir pleinement les opportunités de marché en se rapprochant des clients dans les pays".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des postes supprimés, d'autres transférés à Clamart (Hauts-de-Seine)

Concrètement, 200 emplois vont disparaître dans les fonctions centrales, et les bureaux de Paris et Zurich vont être fermés. "Les postes restants en Suisse seraient transférés vers le site de l’entreprise à Holderbank et un nouveau bureau à Zoug. A Paris, les postes restants seraient transférés à Clamart, en banlieue parisienne (dans les Hauts-de-Seine, ndlr). Ce projet devrait être intégralement mis en œuvre d’ici la fin de l’année 2018", indique LafargeHolcim .

"Cette douloureuse mais nécessaire étape de simplification est primordiale pour créer un LafargeHolcim plus léger, plus rapide et plus compétitif", précise Jan Jenisch, le directeur général de LafargeHolcim. Aucun autre site en France ne sera concerné, selon le projet présenté aux comités d’entreprise vendredi 25 mai.

Le groupe ambitionne de réduire ses frais généraux de 400 millions de francs suisses d’ici le premier trimestre 2019. Il indique avoir déjà fermé des bureaux corporate à Singapour et à Miami, supprimé un niveau de management et doublé des pays directement rattachés à son Comité exécutif resserré.

Avec Reuters (John Revill et Oliver Hirt avec Gilles Guillaume, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS