LafargeHolcim dément les allégations de financement de l'EI en Syrie

"Le groupe rejette totalement tout soupçon de financement d'organisations terroristes désignées", a déclaré mercredi le cimentier dans un communiqué. LafargeHolcim rejette donc les allégations selon lesquelles ses activités en 2013 et 2014 en Syrie auraient pu contribuer à financer l'organisation Etat islamique (EI).

 

Partager

"Le groupe rejette totalement tout soupçon de financement d'organisations terroristes désignées", a déclaré mercredi le cimentier dans un communiqué. LafargeHolcim rejette donc les allégations selon lesquelles ses activités en 2013 et 2014 en Syrie auraient pu contribuer à financer l'organisation Etat islamique (EI).

Sherpa, une association française de défense des victimes de crimes économiques, a porté plainte mardi contre LafargeHolcim pour les conditions d'activité de la cimenterie Lafarge de Jalabiya, en Syrie, au cours des années passées.

Le Monde avait rapporté en juin que le cimentier avait payé des taxes aux djihadistes de l'EI en 2013 et 2014 afin de pouvoir continuer à fonctionner pendant la guerre.

LafargeHolcim dit avoir mandaté plusieurs cabinets juridiques pour enquêter sur ce sujet. "L'enquête déterminera si les règles ont été respectées et si les procédures doivent être adaptées", dit le groupe.

Pour Reuters, Brenna Hughes Neghaiwi; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS