LafargeHolcim admet des arrangements "inacceptables" avec l'Etat islamique

Le cimentier suisse LafargeHolcim a reconnu, ce jeudi 2 mars, avoir indirectement financé des groupes armés en Syrie en 2013 et 2014 dans le but de sécuriser son usine basée dans le nord-est du pays.

Partager
LafargeHolcim admet des arrangements

"Des mesures inacceptables", reconnaît LafargeHolcim après coup. Le géant suisse des matériaux de construction, issu de la fusion en 2015 entre le français Lafarge et le groupe suisse Holcim, a admis jeudi 2 mars, alors qu'il publiait ses résultats de 2016, avoir conclu des arrangements "inacceptables" pour "la sécurité des collaborateurs" et "faire fonctionner l'usine et distribuer les produits". La filiale syrienne de Lafarge a en effet payé "des tierces parties" afin d'assurer le bon déroulement de son activité, dans une région contrôlée par des groupes armés, a admis le groupe cimentier à l'issue d'une enquête interne dont il livre les conclusions ce jeudi.

En juin dernier, une enquête publiée par le journal Le Monde a révélé que le groupe français Lafarge avait été contraint de payer des taxes aux membres de l’Etat islamique afin de poursuivre l’activité de sa cimenterie de Jalabiya, au nord-est de la Syrie, entre 2013 et 2014. Le quotidien s’est procuré des courriels envoyés par la direction de Lafarge attestant d’arrangements avec le groupe djihadiste pour continuer sa production jusqu’au 19 septembre 2014. A cette date, l’Etat islamique s’est emparé de l’usine et Lafarge n’a pu qu’annoncer la fin de toute activité.

Des accusations d'abord niées

Au mois de novembre l'association française Sherpa de défense des victimes de crimes économiques, a déposé plainte contre LafargeHolcim pour les conditions d'activité, en 2013 et 2014, de la cimenterie Lafarge de Jalabiya, en Syrie. La plainte mentionnait notamment "financement du terrorisme", "complicité de crimes contre l'humanité", "complicité de crimes de guerre" et "mise en danger délibéré d'autrui". Des accusations que le cimentier a rejetées en bloc dans la foulée : "le groupe rejette totalement tout soupçon de financement d'organisations terroristes désignées", avait-il déclaré dans un communiqué. LafargeHolcim rejettant clairement les allégations selon lesquelles ses activités en 2013 et 2014 en Syrie auraient pu contribuer à financer l'organisation Etat islamique (EI).

Pourtant après plusieurs mois d'enquête interne, le leader européen du ciment a dû se résoudre à la réalité des faits qui avaient tous été détaillés par le quotidien français (des laissez-passer, un intermédiaire missionné auprès de l'EI, des transactions autour du pétrole raffiné de l'organisation jihadiste…). Et d'en tirer les conséquences : "le conseil d’administration a pris un certain nombre de mesures", précise LafargeHolcim dans son communiqué. Ainsi, un nouveau Comité Éthique, Intégrité et Risques, supervisé par un membre du Comité exécutif, a été créé. Le groupe s'engage par ailleurs à adopter "un processus d'évaluation des risques plus rigoureux", en particulier s'agissant des tiers à haut risque et des partenaires de joint-venture, "un programme de revue des tiers à risques, un nouveau programme de contrôle des sanctions et des exportations ainsi que d’autres mesures résultant d’un exercice de benchmark que le groupe a entrepris".

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Bâtiment Travaux publics

Escabeau isolant Pro Intensif

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEMBENI

Réalisation des travaux de densification (réhabilitation et extension ) et création d'un réfectoire du groupe scolaire en T22.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS