Lafarge suspecté par les autorités anglaises de la concurrence

Publié le

Selon un rapport officiel, le marché anglais des cimentiers pourrait être le cadre de pratiques anti-concurrentielles. Le groupe français Lafarge ferait partie des entreprises impliquées. Une enquête pourrait être ouverte prochainement.

Lafarge suspecté par les autorités anglaises de la concurrence © DR

Les fabricants de ciment et de béton opérant au Royaume-Uni sont sous surveillance. L'OFT (Office of fair trading), le régulateur de la concurrence, a identifié "des phénomènes qui pourraient empêcher, limiter ou fausser la concurrence" au sein du marché brittanique du ciment. L'OFT a proposé à l'autorité supérieure, la Commission de la concurrence, d'ouvrir une "enquête détaillée".

Cinq entreprises se partagent 90% de ce marché. Parmi ces sociétés, Lafarge, qui a fusionné ses activités dans le secteur avec Tarmac, filiale d'Anglo American. Interviennent également en Angleterre le groupe mexicain Cemex, ou Hanson (filiale de HeidelbergCement).

L'OFT a relevé plusieurs problèmes. Outre la concentration des entreprises, l'agence cite des barrières élevées à l'entrée, une intégration verticale très poussée au détriment des acteurs indépendants, et des "contacts et échanges d'informations" entre sociétés concurrentes.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte