[Affaire Lactalis] Les victimes portent plainte pour "dissimulation de preuve"

Le Canard Enchaîné révèle que le 10 mai dernier, trois ordinateurs et une tablette contenant des informations relatives à l'affaire Lactalis ont été dérobés dans les locaux de la Direction générale des fraudes (DGCCRF). L'association des victimes des laits contaminés, qui a appris le vol par la presse, annonce porter plainte contre X.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Affaire Lactalis] Les victimes portent plainte pour
Affaire Lactalis, des documents volés dans les locaux de la DGCCRF

Nouveau rebondissement dans l'affaire Lactalis. Alors que l'usine de Craon a repris sa production et que les choses semblaient enfin se tasser pour le groupe laitier, le Canard Enchaîné révèle que trois ordinateurs et une tablette contenant des informations relatives au scandale sanitaire impliquant le groupe ont été dérobés.

Les faits se seraient déroulés le 10 mai dernier dans les locaux de la direction générale des fraudes (DGCCRF) qui enquêtait sur la contamination à la salmonellose de 37 bébés ayant consommé un produit d'alimentation infantile produit par Lactalis dans son usine

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

de Craon. Ni le groupe laitier ni les familles des victimes n'ont été mis au courant de la situation. Ces dernières vont porter plainte contre X pour dissimulation de preuves.

Des informations relatives au retrait des lots

"Aucune information relative à l'affaire pénale n'a été dérobée" tente pourtant, de rassurer la direction des fraudes. Interrogé par l'Usine Nouvelle, un porte parole de l'institution confirme que les éléments contenus dans le matériel volé concernent uniquement le suivi administratif et la gestion du retrait des lots.

Des éléments qui ne suffisent pas à convaincre les familles des victimes qui ont annoncé, ce 30 août, vouloir déposer une plainte contre X pour "dissimulation de preuves". "Petit à petit, l'ensemble des éléments contre Lactalis est détruit" estime Quentin Guillemain, le président de l'Association des familles de victimes du lait contaminé aux salmonelles (AFVLCS) à l'Usine Nouvelle. Le responsable s'étonne également qu'aucune sauvegarde des documents n'ait été faite. Une accusation que le porte-parole de la DGCCRF n'a pas souhaité commenter.

Lactalis averti par la presse

Les familles des victimes expliquent avoir eu connaissance du vol lors de la publication de l'article du Canard Enchainé. "Depuis des mois, nous demandons aux administrations des éléments sur cette affaire. Nous n'arrivons pas à avoir de réponse de l'Etat alors qu'il s'agit d'éléments qui devraient être accessibles en toute transparence", déplore Quentin Guillemain.

Même son de cloche du côté de Lactalis. Un responsable explique que l'entreprise a appris la nouvelle hier. "Nous n'en savons pas plus que les informations publiées dans la presse", ajoute t-il.

La réouverture de l'Usine de Craon

Cette nouvelle bévue intervient alors qu'au mois de juillet, le feu vert à la reprise de la production dans l'usine de Craon était donné. "Avec la réouverture du site du Craon, toute une série de preuves a déjà été effacée, accuse Quentin Guillemain. La scène du crime a été réouverte avant que l'enquête ne soit lancée. Aujourd'hui, avec le vol des documents, nous craignons que cela n'impacte l'enquête préliminaire". L'association des familles des victimes demande la nomination d'un juge d'instruction dans les plus brefs délais pour faire avancer la procédure.

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS