L'Usine Agro

Lactalis réfute avoir écoulé 8 000 tonnes de lait potentiellement contaminé

, , ,

Publié le

Selon le Canard Enchainé et l'Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, Lactalis aurait écoulé plus de 8 000 tonnes de lait potentiellement contaminé malgré le rappel ordonné par la justice. Cette poudre était indemne, rétorque l'industriel.

Lactalis réfute avoir écoulé 8 000 tonnes de lait potentiellement contaminé
Lactalis aurait écoulé 8000 tonnes de lait contaminé malgré le rappel ordonné par la justice
© Charles Platiau

S'oriente-on vers une seconde affaire Lactalis ? C'est ce que laissent craindre les informations diffusées ce mercredi 24 octobre par le Canard Enchainé et l'Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles (AFVLCS). En effet, selon l'hebdomadaire, Lactalis aurait continué d'écouler du lait contaminé malgré la procédure de rappel ordonné par l'Etat. Au total, plus de 8 000 tonnes de poudre probablement impropre se seraient retrouvées sur le marché. 

La poudre contaminée écoulée dans d'autres circuits

Fin 2017, alors que plusieurs dizaines de nourrissons ont été contaminés à la salmonellose après avoir consommé du lait en poudre fabriqué dans l'usine Lactalis de Craon, des retraits de produits successifs sont opérés à la demande des autorités.

Pourtant, selon les informations du Canard Enchainé, qui s’appuie sur des documents fournis par la préfecture de Mayenne, Lactalis aurait continué d'écouler 8 000 tonnes de lait issues de l'usine incriminée dans d'autres circuits tels que les desserts et les laits en poudre pour adultes.

Ces 8 000 tonnes étaient produites dans l'une des deux tours de l'usine de Craon d'où provenait le lait contaminé aux salmonelles. "Mais comment garantir que la poudre, fabriquée dans les mêmes tours de séchage que celle contaminée, soit vierge de tout soupçon de contamination?", se questionne le président de l'AFVLCS, Quentin Guillemain.

La décision d'écouler les 8 000 tonnes de poudre dans d'autres circuits a également surpris les autorités. Interrogé par le Canard Enchaine, un fonctionnaire de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) qui a requis l’anonymat, explique : "La décision de laisser consommer les 8.000 tonnes de poudre nous a surpris, parce qu’à l’époque, on ne savait pas si la tour produisant le lait pour les adultes était elle aussi contaminée. C’était prendre un risque inutile pour la santé publique."

Lactalis dénonce des accusations visant à nuire à ses produits

Peu prompt à communiquer, l'industriel laitier n'a, cette fois, pas tardé à réagir. Dans un communiqué envoyé ce 24 octobre, Lactalis se défend de toute contamination dans la tour de séchage numéro 2. "Le phénomène de contamination a toujours été limité aux fabrications de la tour 1 de l’usine de Craon. Les 8 000 tonnes visées par le Canard Enchaîné ont été fabriquées sur la tour 2 non objet de la contamination et conditionnées sur un circuit d’ensachage indépendant", explique le groupe laitier. 

Alors que le groupe est déjà sous le coup d'une information judiciaire pour tromperie et blessures involontaires, dans l'affaire de l'intoxication des nourrissons, Lactalis dénonce "des accusations visant à nuire à sa réputation et à la qualité de ses produits." Après l' arrêt de la production et de la commercialisation de plusieurs mois, les autorités ont autorisé à nouveau, le 18 septembre dernier, la commercialisation des produits issus de l'usine de Craon.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte