Lactalis : la technologie peut-elle éviter le risque sanitaire ?

Une nouvelle crise sanitaire touche l’industrie agroalimentaire. En décembre dernier, l’industriel français Lactalis a lancé des campagnes de rappel de ses laits infantiles potentiellement contaminés par les salmonelles. Vendredi 12 janvier, l’annonce du PDG est bien plus grave : tous les lots produits par l’usine de Craon (Mayenne) doivent être retournés, soit plus de 12 millions de boîtes. Ce qui questionne quant à la traçabilité des produits de l’industrie agroalimentaire. Dominique Delmas, directeur du Développement entreprises et collectivités pour le Groupe Saretec, revient pour Industrie & Technologies sur cette typologie de risque sanitaire. 

 

Partager
Lactalis : la technologie peut-elle éviter le risque sanitaire ?

Comment gère-t-on le retrait d’un produit défectueux ?

Pour retrouver les produits en magasin, l’industrie utilise sa capacité de traçabilité pour identifier les lots de produits défectueux de façon à donner des informations aux sites de stockage et de distribution. Les fabricants sont performants, c'est une obligation règlementaire et l’ensemble des magasins possède les outils nécessaires et suffisants pour identifier et isoler les produits d'après les numéros de lots. Pour donner l'information aux consommateurs, les industriels ont une traçabilité avec les documents de facturation, les distributeurs avec une carte de fidélité. L'industriel et le distributeur doivent également assurer la communication dans les magasins, des envois de mails ou de sms, et faire relayer l’information sur les réseaux sociaux ou dans les médias.

Le genre de dysfonctionnement que l'on vient de constater est-il lié aux technologies mises en oeuvre ?

Les industriels assurent déjà un contrôle régulier et à tous les stades de la fabrication, dès la réception des matières selon un plan d'échantillonnage propre à la spécificité du produit fabriqué et à la nécessité de contrôle et ce jusqu'à la distribution. Le contrôle est adapté aux risques et aux obligations propres aux produits fabriqués. Actuellement, les industriels utilisent des procédures assez lourdes de contrôle (environnement de travail, gènes pathogènes, stérilisation, etc.). D’ailleurs, si on prend un peu de recul, on peut voir que le nombre de crises alimentaires est très faible par rapport à la quantité de produits vendus. Cependant le risque zéro n'existe pas pour autant, car ils ne maîtrisent pas le reste de la chaîne de fabrication comme le stockage, le transport, etc.

Peut-on améliorer la traçabilité grâce à la technologie ?

La traçabilité existe, la question est plutôt de savoir comment celle-ci est gérée. Aujourd'hui, des technologies comme les puces RFID que l’on peut intégrer sur les produits distribués offrent une traçabilité extrêmement fine. Ces dernières peuvent être désactivées à distance grâce à un logiciel de gestion. Les industriels utilisent déjà ce type de technologie notamment pour leur gestion des stocks. Mais le risque avec l’informatique, c’est la possibilité de piratage et de prise de contrôle. A chaque génération de solutions, on accroît le risque potentiel : un pirate peut prendre par exemple le contrôle des machines à distance.. Si on généralise le contrôle par les moyens informatiques, n'y a t il pas un risque nouveau et plus difficile à gérer : Imaginez un ransomware dans l’agroalimentaire…?

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Nemours

Entretien et dépannage des logements (vacants/occupés) et des parties communes sur le patrimoine de Val du Loing Habitat

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS