Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Bis repetita pour l'usine Lactalis de Craon

, , ,

Publié le

D'après les informations du Parisien et de Marianne, ce n'est pas une mais plus d'une quinzaine de bactéries qui ont été retrouvées dans les tours de séchage de l'usine Lactalis de Craon. Les associations de victimes demandent la fermeture définitive du site. 

Bis repetita pour l'usine Lactalis de Craon
Un second scandale Lactalis révelé par Le Parisien.
© CHARLES PLATIAU

Anatum, Napoli, Kedougou...Derrière ces noms aux sonorités exotiques se cachent les bactéries qui auraient été retrouvées dans les tours de séchage de l'usine de Craon de Lactalis entre 2008 et 2016. C'est ce que révèlent Marianne et Le Parisien. Selon ces deux médias, plus d'une quinzaine de bactéries ainsi que des insectes auraient été découverts lors des tests réalisés par la préfecture de Mayenne. Au total, plus de 200 bébés auraient été touchés par ces bactéries. 

Ces tests sont intervenus après la contamination, en fin d'année 2017, de 38 nourrissions à la salmonella agona après avoir consommé des laits infantiles issus de l'usine de Craon. 

Lactalis dément

Habituellement discret, Lactalis n'a pas tardé à réagir aux accusations. "Il s'agit d'insinuations scandaleuses" a expliqué le groupe dans un communiqué. "Ces insinuations s’inscrivent dans une démarche qui visent à profiter d’une situation qui ne présente plus de danger sur le plan sanitaire et qui en cours d’instruction sur le plan judiciaire", rajoute Lactalis. 

Par ailleurs, le groupe rappelle que les "analyses concernent uniquement l’environnement du site sur les dix dernières années et en aucun cas les produits finis et commercialisés. Jamais, le Groupe Lactalis n’a mis sur le marché des produits qu’il aurait su contaminés."

Pour les familles de victimes, l'usine de Craon doit fermer

Des explications qui ne suffisent pas à convaincre les associations de victimes. Pour les représentants des familles des nourrissons contaminés, ces nouvelles informations démontrent que Lactalis savait que son usine était contaminée bien avant l'épisode de 2017. "Cela invalide totalement les explications de l'industriel quant aux causes de la contamination qui ont conduit aux retraits des produits infantiles fabriqués dans son usine", explique l'Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles (AFVLCS) dans un communiqué.

Les familles s'inquiètent également de la réouverture du site, autorisé par les services sanitaires en septembre dernier: "Ces nouvelles révélations permettent aujourd'hui de douter de la suffisance des mesures qui ont été prises pour ré-autoriser la mise en production de cette usine"

Pour mettre fin au scandale et mener à bien l'information judiciaire ouverte par le parquet de Paris pour tromperie sur les qualités substantielles des marchandises, inexécution par exploitant du secteur alimentaire de procédures de retrait ou de rappel d'un produit préjudiciable à la santé, blessures involontaires ayant entraîné une incapacité inférieure ou égale à trois mois contre Lactalis, les victimes demandent que le site impliqué soit fermé. "L'usine de Craon doit fermer définitivement au vu de la présence d'une dizaine de type de salmonelles pendant plus de 10 ans, de l'incompétence de Lactalis pour les anéantir et des services de l'Etat d'assurer les contrôles nécessaires pour garantir des produits sains." réagit Quentin Guillemain, Président de l'AFVLCS.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

10/11/2018 - 11h29 -

Sanctionner si des écarts sont avérés oui, mais fermer l'usine certainement pas! Les centaines d'employés ne sont pas responsables de la situation. Sans compter que si on ferme cette usine on pourrait en fermer plein d'autres pour de raisons similaires et se retrouver avec des situations de monopoles dangereuses voire une obligation d'importer nos produits de pays bien moins exigeants que la France. Soyons pragmatiques...
Répondre au commentaire
Nom profil

09/11/2018 - 16h24 -

La recherche du profit à tout prix et le gigantisme des entreprises internationales outre qu'elles faussent la vraie concurrence et nous prive de la qualité qui elle améliore les produits, amène vers tous les excès sans qu'on puisse réellement punir les coupables ? C'est bon pour le lait , c'est bon pour les produits chimiques donc médicaments et tous les intrants qu'on utilisent sans discernement dans l'agriculture et qu'on retrouve partout, dans l'eau comme dans les organismes, avec ses problèmes qu'on découvre parfois des dizaines d'années plus tard, lorsque le mal est fait ! Tous ces scandales sanitaires démontrent un certains laxisme, parfois une certaine bienveillance et même connivence des organismes de contrôle face à la puissance des lobbys qui avancent cachés parce qu'on accepte que certains seulement puissent prendre des décisions qui nous concernent tous ? C'est ça qu'il faut changer ! Car il bien plus facile de corrompre quelques personnes que des milliers !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle