La Wells Fargo paiera $3 mds pour régler l'affaire des comptes fictifs

WASHINGTON (Reuters) - La banque californienne Wells Fargo et l'une de ses filiales devront s'acquitter d'une amende de 3 milliards de dollars dans l'affaire des comptes fictifs qui plombent ses comptes depuis 2016, ont annoncé vendredi les autorités américaines de régulation.
Partager
La Wells Fargo paiera $3 mds pour régler l'affaire des comptes fictifs
La banque californienne Wells Fargo et l'une de ses filiales devront s'acquitter d'une amende de 3 milliards de dollars dans l'affaire des comptes fictifs qui plombent ses comptes depuis 2016, ont annoncé vendredi les autorités américaines de régulation. /Photo d'archives/REUTERS/Carlo Allegri

Wells Fargo et sa filiale, la North American, paieront cette somme au département américain de la Justice et à la Securities and Exchange Commission, l'autorité américaine des marchés financiers.

La banque californienne a reconnu avoir soumis ses salariés à "des objectifs de vente irréalistes qui ont conduit des milliers d'employés à ouvrir des millions de comptes sous de faux prétextes et sans le consentement de leurs clients, souvent en détournant leur identité" entre 2002 et 2016, a déclaré un haut responsable du département de la Justice.

L'affaire a éclaté en 2016, et la Wells Fargo a déjà versé plus de 4 milliards de dollars d'amendes et de pénalités.

L'accord conclu par la quatrième banque américaine met fin à sa responsabilité civile et pénale dans cette affaire.

Sur les 3 milliards de dollars d'amende, 500 millions environ seront redistribués par la SEC aux investisseurs.

Le règlement de cette affaire est une étape importante pour Charles Schaff, nommé l'an dernier au poste de directeur général avec l'objectif de rétablir la réputation de la banque basée à San Francisco.

L'enquête menée par le département de la Justice était en effet considérée comme un obstacle majeur que la Wells Fargo devait franchir avant de pouvoir se concentrer sur une nouvelle stratégie de croissance.

L'accord annoncé vendredi ne concerne pas en revanche la responsabilité civile et pénale de personnes physiques.

(Chris Prentice, Imani Moise, Karen Freifeld et; Pete Schroeder; version française Henri-Pierre André)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS