Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La ville connectée ne fait pas rêver les Français

Olivier Cognasse

Publié le

Une étude réalisée par Chronos et l’ObSoCo rebat les cartes sur la vision de la ville et des usages émergents. La population française craint la ville connectée et préfère nettement la ville campagne. Entre utopies et craintes. Analyse.

La ville connectée ne fait pas rêver les Français
La navette autonome fait rêver les Français
© RATP

Les Français aimeraient bien vivre ailleurs. Ils sont 48% à l’indiquer dans cette étude réalisée par le cabinet d’études et prospective Chronos et l’ObSoCo, l’Observatoire société et consommation, auprès de 4000 personnes représentatives de la population française.

Une enquête identique a été menée en Allemagne, Italie et Royaume-Uni auprès de 1000 personnes. Résultat : c’est encore pire en Italie (60%) et en Grande-Bretagne (56%), à peine mieux chez nos voisins d’Outre-Rhin (46%).

En France, les taux les plus élevés apparaissent en Ile-de-France (62%), un peu moins dans Paris intramuros (56%). Et la majorité d’entre eux préfèreraient vivre dans une ville moyenne, une petite ville ou un village près d’une grande ville. Bref, le Français ne sait pas trop où il habite ! Il veut la place du village mais avec les services de la grande ville. "On aimerait avoir le village dans la ville, résume Philippe Moati, professeur agrégé d’économie à l’Université Paris-Diderot, membre de l’ObSoCo. On veut tout et son contraire, mais le passage à l’acte est réservé à une petite minorité." Les nuisances mises en avant qui reviennent le plus souvent à propos des grandes villes sont la pollution, le bruit, la mauvaise qualité de l’air, l’absence de contact avec la nature et le coût de la vie. Rien de très étonnant…

La ville nature, premier choix des Français

Un autre phénomène est mis en avant : le solde migratoire négatif de la plupart des villes, parfois compensé par le solde naturel comme en Ile-de-France et un solde migratoire positif dans l’Ouest, le Sud-Ouest et le Sud et un solde négatif dans le Nord, le Nord-Est et l’Est. Les Français ne déménagent plus pour leur emploi, mais c’est ce dernier qui vient à eux… Bref, la ville ne fait pas rêver, même si on loue la diversité culturelle, l’effervescence, la promiscuité, les moyens pour étudier, se cultiver, se divertir, travailler et faire ses achats. Dans une notation de 1 à 10, c’est la ville nature qui l’emporte haut la main (7,7), devant la ville autosuffisante et loin devant … la ville connectée qui ferme la marche (5.0). "La ville campagne, c’est un peu comme une ville faite de juxtapositions de places de villages", analyse Philippe Moati.

"Quand on interroge les Français sur l’avenir, 46% ont une vision négative de la ville. Seuls 9% d’entre eux en ont une perception positive, explique Bruno Marzloff, sociologue de la mobilité et fondateur de Chronos. Cette ville de demain, imprévisible, fait peur. La ville connectée mais aussi les changements climatiques." Pour les moyens de transports, les navettes fluviales pour leur lenteur et leur calme, les navettes autonomes sont plébiscitées. Ils aiment aussi la marche et le vélo. 60% des actifs pratiquent le travail à distance de leur entreprise, dont 36% en dehors de chez eux. Et pourtant, ils redoutent la ville connectée qu’ils assimilent sans doute à Big Brother dans "1984" de George Orwell, avec la mainmise de l’entreprise et la gouvernance à distance.

La ville rêvée doit être plus respirable, avec davantage d’espaces verts, un potager ou un verger mais aussi plus collaborative. Les Français sont prêts à utiliser les Fab Labs pour réparer leurs appareils, à la mutualisation d’équipements entre voisins. Et ils plébiscitent des installations de production d’énergies renouvelables (83%). Alors que les élus, les entreprises, les professionnels de l’urbanisme et des transports ne jurent que par les "smart cities", il faudra beaucoup de pédagogie pour convaincre les citoyens que cette ville connectée peut leur apporter davantage de qualité de vie (moins de pollution, énergies renouvelables, consommation énergétique en baisse, ….).

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/11/2017 - 09h50 -

"Il faudra beaucoup de pédagogie pour convaincre les citoyens que cette ville connectée peut leur apporter davantage de qualité de vie", ça c'est de la condescendance. Pourquoi pas formuler la chose ainsi : "Il faudra beaucoup de pédagogie pour convaincre L'Usine Nouvelle et ses rédacteurs technophiles que la technologie et l'industrie ne sont pas la seule évolution possible de nos modes de vie, et il en faudra encore + pour les convaincre d'écouter les français, au lieu de vouloir leur vendre des technologies dont ils n'ont pas envie...." J'entend déjà le "mais si ils en ont envie, ils ne réalisent juste pas encore tout le potentiel de la chose !!", merci de respecter les avis divergents, et de ne pas prendre les gens pour des c***, même si tous vos lecteurs sont des convaincus de vos thèses.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus