La vigne face au réchauffement climatique

Le phénomène pourrait chambouler la conduite des vignes mais aussi la typicité des vins. Comment s'adapter ?

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La vigne face au réchauffement climatique

Du jamais vu. En Champagne, la fleur a fait son apparition le 10 mai. Les premiers coups de sécateurs ? A la mi-août, avec quinze jours d'avance ! En cause : le réchauffement climatique. « Ce n'était pas arrivé depuis 1893 » s'inquiète Jean-Marie Tarlant, viticulteur à uilly dans la Marne (14 hectares, 150 000 bouteilles). Habituellement, en août, le vigneron souffle. Les étudiants sont en vacances et les saisonniers travaillent ailleurs. Du coup, recruter 50 vendangeurs est devenu un casse-tête. Déjà, les dix salariés employés sur la propriété de Jean-Marie Tarlant sont prévenus : ils décaleront leurs vacances. Au Comité interprofessionnel du vin de champagne (CIVC), on prend l'affaire au sérieux. « Nous essayons de sensibiliser chacun à cette précocité. D'autant que la vendange, 100 % manuelle, occupe 100 000 saisonniers chaque année. C'est toute une logistique qui est bouleversée », observe Daniel Lorson, le directeur de la communication du CIVC.

Le cas de la Champagne n'est pas isolé. Bernard Seguin, directeur de recherche à l'Institut national de recherche agronomique (Inra) d'Avignon, mesure l'ampleur du phénomène : « En trente ans, on constate une avancée des dates de floraison de deux à trois semaines, et d'un mois en cinquante ans, pour les dates de vendanges aussi bien dans le Médoc que dans les Côtes-du-Rhône. » C'est un fait : la phénologie de la vigne (du premier bourgeon à la maturité du raisin) évolue. Le phénomène est étudié de près depuis l'été caniculaire de 2003. « Une prise de conscience » pour Bernard Seguin, qui répète qu'il y a encore cinq ans il prêchait dans le désert. « Et ce n'est fini. Avec une augmentation de 1 °C de la température, le climat se décale de 200 kilomètres vers le nord. »

Modifier les cépages

Quelles seront les conséquences du réchauffement sur le vieillissement et la typicité des vins ? Comment adapter la conduite de la vigne ? Des spécialistes des vignobles espagnols préconisent de planter les vignes au ras du sol pour conserver l'humidité. Dans l'Aude, Jean-Louis Escudier, le directeur de l'unité expérimentale de l'Inra de Pech Rouge, planche sur l'irrigation encore quasi interdite en France. « Nous essayons de caractériser le besoin en eau de la plante et son stress hydrique. Si on maîtrise l'eau, on maîtrise le réchauffement », explique-t-il.

La recherche en ébullition

Les scientifiques tentent d'anticiper les « déplacements » des vignobles. En Europe, la question est plutôt de garder la typicité des vins sans changer la localisation des vignobles. Le producteur de levures Lallemand a récemment réuni, en Gironde, des scientifiques, comme Jean-Pierre Gaudillère, de l'Inra Bordeaux. Son champ d'investigation : la gestion du carbone et de l'azote, les effets de l'alimentation en eau, modélisation, la détermination de la qualité des raisins... En Espagne, Fernando Zamora, de l'université Rovira I Virgili de Tarragone travaille sur le métabolisme des levures dans les conditions de fermentation vinicole et son incidence sur les arrêts de fermentation..


Autre parade : cultiver un cépage hors de sa zone traditionnelle. Pourquoi pas de la Syrah en Bordelais ou en Val de Loire ? Possible selon Bernard Seguin, avec un réchauffement modéré de 2 °C. Possible aussi en Alsace ou en Champagne, avec 3 ou 4 °C. Mais attention, le produit obtenu sera différent. En d'autres termes, c'est la logique des AOC qui risque d'être bouleversée ! Autre piste ? Jouer sur de nouveaux cépages.

De quoi faire hurler Denis Dubourdieu, professeur à la faculté d'oenologie de Bordeaux : « Nous disposons d'une palette de cépages adaptée à tous les climats », souligne-t-il. Et de pointer d'un doigt accusateur tous ceux qui cèdent aux modes en voulant dupliquer ailleurs les cépages stars du Bordelais, ou de la Bourgogne, et qui du coup ont oublié qu'il sont intimement liés au sol et au climat.

Colette Goinère, à Bordeaux

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je m'abonne

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS