Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La Vendée, reine du Vélib' électrique

,

Publié le

Les vélos exploités par Smovengo à Paris depuis le 1er janvier sont assemblés sur plusieurs sites en France, dont 7 500 à assistance électrique à La Roche-sur-Yon par Arcade Cycles. 

La Vendée, reine du Vélib' électrique
Dans l’atelier d’Arcade Cycles, un opérateur assemble la fourche et le guidon sur le cadre.

Notre modèle, c’est vraiment Copenhague, une ville où il fait froid, il pleut, il neige et où le vélo est vraiment généralisé », martèle avec enthousiasme Anne Hidalgo, la maire de Paris, en visite, mi-décembre, dans les usines d’Arcade Cycles à La Roche-sur-Yon, en Vendée. Spécialiste du vélo de location, la PME produit 40 000 vélos par an. « J’ai repris l’entreprise il y a sept ans avec des investisseurs », raconte François Lucas, le patron d’Arcade Cycles, qui vend ses vélos dans 25 pays et 165 villes. C’est à quelques kilomètres de son siège, dans la zone industrielle des Ajoncs, que la PME a installé son atelier pour fabriquer 7 500 vélos à assistance électrique pour Smovengo, le consortium qui succède à Decaux pour la gestion du service Vélib’ à Paris. Il est hébergé dans un immense hangar un peu vétuste de la société S20 Industries – ce sous-traitant qui élabore les cafetières Malongo et des armoires de séchage. Pour mener à bien ce contrat, trente personnes ont été recrutées en CDD.

Dans un premier hall, des vélos installés sur des palettes sont prêts à être livrés. Aujourd’hui, deux camions par jour font la navette entre la préfecture vendéenne et la capitale. Les nouveaux modèles ajouteront une touche de bleu avec les accessoires en plastique (garde-boue, panier) au gris actuel. Dans un second hall, qui semble bricolé à la hâte, la production va crescendo. De 5 vélos par jour il y a quelques semaines, « la cadence atteint aujourd’hui 137, précise Pierre Grolleau, le chef de projet pour la fabrication des Vélib’ chez Arcade Cycles. Elle devrait encore augmenter, car il faudra avoir livré les 7 500 unités avant la fin du mois de mars. La deadline est très tendue ». Déjà en retard dans la mise en place des stations Vélib’, Smovengo est sous pression.

Made in France… ou presque

Les cadres en aluminium viennent de Chine. Les roues sont assemblées par Velox, entreprise d’Ille-et-Vilaine ; les guidons et la fourche cadenas sont usinés par Auto-Déco en Haute-Savoie. La fonderie Charles Lauzier en Isère produit les pièces en aluminium qui encadrent la V-Box – le boîtier électronique encastré dans le guidon qui communique avec la station. Les bornes sont fabriquées dans la Drôme chez IPM France… Au final, 80 % de la valeur ajoutée du vélo est réalisée en France, selon Arcade Cycles. La start-up montpelliéraine Smoove, qui fait partie du consortium Smovengo, a conçu l’ensemble du système (vélos, stations et équipements) et sous-traite la fabrication. Dans le hall de production d’Arcade Cycles, des opérateurs assurent l’assemblage de la partie avant du vélo (guidon, fourche) sur un grand établi. Chacun s’occupe entièrement d’un assemblage, avant d’envoyer la partie avant sur la ligne de production proprement dite, où roues, cadre, batterie… sont posés. Rien à voir avec les chaînes de l’aéronautique ou de l’automobile. Au total, une heure et demie suffit à produire une unité. Quand tout va bien.

« La moitié des vélos en sortie de production et après avoir été testés nécessitent une intervention, explique Hervé Tilloy, le directeur industriel d’Arcade Cycles. Il s’agit souvent d’une vis à resserrer, d’un autocollant mal positionné, d’un phare qui ne fonctionne pas. Mais il est préférable d’effectuer ces petites mises au point en sortie de chaîne pour ne pas bloquer la production. » Enfin, les petites reines électriques sont placées debout sur des palettes, prêtes à embarquer pour un voyage routier de quelques heures. Une fois en service, ces Vélib’ devraient être plus disponibles que les anciens. Smovengo s’est en effet engagé à travailler de nuit pour la maintenance. Au total, 20 000 vélos doivent être livrés d’ici au 31 mars et mis à la disposition des 300 000 abonnés, pour le premier réseau mondial de vélos à assistance électrique. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle