Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La troisième révolution industrielle du Nord-Pas-de-Calais au-delà de Jeremy Rifkin

,

Publié le

Philippe Vasseur, président de la chambre de Commerce et d’Industrie du Nord-Pas-de-Calais présentait jeudi 16 octobre à Paris un ouvrage compilant 150 projets d’une "troisième révolution industrielle en marche"  dans sa région. Où l’on comprend que, l’auteur de ce projet, l’américain Jeremy Rifkin, n’est que la partie émergée de l’iceberg.

La troisième révolution industrielle du Nord-Pas-de-Calais au-delà de Jeremy Rifkin © Stephan Röhl - C.C.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

En septembre, l’auteur et  prospectiviste Jeremy Rifkin squattait plateaux de télé et colonnes des journaux pour vendre son dernier ouvrage "La nouvelle  société du coût marginal zéro". Mais il y a tout juste un an, il présentait à Lille son Plan de développement de la région Nord-Pas-de-Calais fondé sur le concept de son précédent ouvrage "la Troisième révolution industrielle". Aujourd’hui, la région veut montrer que ce plan, pour lequel elle s’est payé un consultant star, n’est pas resté lettre morte.

Elle vient d’éditer un ouvrage sur les 150 projets et initiatives qui signent une troisième révolution industrielle "en marche" au pays des corons. Philippe Vasseur, ancien ministre et président de la CCI régionale le présentait  jeudi 16 octobre à Paris. Que trouve-t-on dans cet ouvrage ? Essentiellement des développements industriels lancés avant l’intervention de Rifkin. Comme le mur solaire de l’usine de Toyota installé en 2011, les hangars de serveurs zéro climatisation d’OVH expérimentés depuis 2003, la chambre d’hôtel éco-conçue en 2012 du Comfort hôtel de Bondues, les unités de méthanisation de Bonduelle à Renescure…

Rifkin, un totem

Au chapitre des nouvelles initiatives, on trouve entre autres le plan Université Zéro carbone qui fédère sept universités lilloises en réorientant leurs modes de fonctionnement, leurs enseignements et leur recherche. L’ouvrage est donc surtout une belle compilation d’initiatives issues du terrain qui sans Rifkin suivaient déjà leur chemin. Le pragmatique président de la CCI ne s’en cache pas : "Il y avait bien sûr un grand nombre d’opération déjà inscrites dans les projets de la Région ou mis en œuvre par les acteurs locaux. Des entreprises comme Roquette ne nous attendait pas, mais nous nous attendions de Roquette, de son  effet d’entraînement."

En réalité, alors que Rifkin apparait pour beaucoup comme un gourou, voire comme un doudou, Philippe Vasseur développe  une vision bien a lui de son rôle : "C’est un totem", explique-t-il. Une sorte de figure que l’on voit de loin, un fétiche, une mascotte auquel peut se raccrocher une communauté. Le projet qu’il a porté avait pour but de créer une dynamique sur le territoire. Depuis le lancement du plan, plus de 4500 entreprises ont été rencontrées par la CCI  dans divers événements, elles participent  à des groupes de travail, des réunions thématiques.

Dans une région, où les industriels pensent souvent que pour vivre heureux, il vaut mieux vivre caché, le plan aurait permis de les faire descendre de leur tour d’ivoire pour partager projets et bonnes pratiques. Le bon horizon pour tirer un premier bilan serait de cinq ans et Philippe Vasseur l’avoue, alors que les dernières enquêtes de conjonctures sur les entreprises de sa région sont particulièrement déprimantes "nous vendons une perspective stimulante pour sortir des difficultés et se réinventer".

Droit à l’expérimentation

Au-delà de la dynamique propre au  territoire, le projet a une autre vertu. Connu et observé au niveau national, il donne quelques arguments pour obtenir de la part de l’administration centrale des dérogations pour expérimenter de nouvelles technologies. "De l’argent, s’il n’y en a plus beaucoup au sein de l’Etat et des collectivités, on en trouve chez les opérateurs comme l’Ademe, dans les banques, ou au niveau européen, en revanche nous nous heurtons souvent  à des freins règlementaires. Nous réclamons un droit à l’expérimentation." Quand ça coince Daniel Percheron, président de Région, et Philippe Vasseur ouvrent  leur carnet d’adresses bien rempli et décrochent leur téléphone. Derrière, le mot magique "troisième révolution industrielle" permet de lever bien des obstacles.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

19/10/2014 - 23h52 -

Beaucoup de projets, de blabla mais surtout aussi beaucoup de chômage dans le nord. Il serait temps de faire des actes !
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle