L'Usine Energie

La transition énergétique, c’est aussi le plastique !

Olivier James , ,

Publié le

Les déchets plastiques représentent une manne énergétique trop peu exploitée en France. C’est le message que veulent faire passer les fabricants de matières plastiques, en plein débat français sur la transition énergétique.

La transition énergétique, c’est aussi le plastique ! © APPE

L’Europe a sous ses pieds un gisement équivalent à un milliard de barils de pétrole… sous forme plastique ! L’arrêt total de la mise en décharge des déchets plastiques dès 2020 pour favoriser leur valorisation énergétique pourrait fournir, à l’horizon 2040, pas moins de 80 millions de tonnes de matière. Alors que le débat national sur la transition énergétique semble centré sur la place du nucléaire et des énergies renouvelables, PlasticsEurope s’invite autour de la table. L’association européenne des fabricants de matières plastiques vient en effet d’annoncer sa volonté de pousser les pouvoirs publics à favoriser la valorisation énergétiques des déchets plastiques.

Si en la matière certains pays européens peuvent déjà s’enorgueillir de belles performances comme la Suisse, l’Allemagne ou bien encore la Belgique, qui dépassent un taux de 90% de valorisation, la France se situe "seulement" dans la moyenne (59,1%). En 2011, sur les 3,3 millions de tonnes de déchets plastiques générés dans le pays, 40% ont été mis en décharge et seulement 60% ont été valorisés. La valorisation s’effectue sous deux formes : le recyclage (19% des déchets) et la valorisation énergétique (41%).

Les cimenteries comme premier débouché

L’amélioration du taux de recyclage est donc l’un des leviers possibles mais il risque de se heurter à un plafond. "Absolument tous les polymères sont recyclables, tient à rappeler Michel Loubry, président de PlasticsEurope. Mais selon les études menées avec Eco-Emballages, l’extension de la collecte à tous les emballages plastiques permettrait d’atteindre des niveaux de 35 à 40%, comme en Allemagne". Et de rappeler qu’en outre, chaque année, le refus de tri des plastiques (autrement dit les matières collectées mais non recyclées qui finissent pour moitié en décharge) s’élève à un niveau de 150 000 tonnes.

Que préconise l’association ? Lorsque le recyclage n’est pas viable d’un point de vue économique, technique ou écologique, la valorisation énergétique doit être privilégiée. "Le pouvoir calorifique du plastique est aussi élevé que celui du pétrole", précise d’ailleurs Michel Loubry. Car c’est bien pour la chaleur et la vapeur, et non la production d’électricité, que les déchets plastiques ont un vrai rôle à jour.

PlasticsEurope préconise comme premier débouché les cimenteries. Ces sites très gourmands en énergie utilisaient jusque-là comme combustibles alternatifs des pneus usagés et des farines animales. Deuxième voie, à plus long terme : la production de chaleur en centrales thermiques dédiées pour l’industrie et les réseaux urbains.

Un appel aux pouvoirs publics

Pour parvenir à développer ces voies de valorisation, PlasticsEurope milite auprès des pouvoirs publics pour l’émergence d’une filière de combustibles solides de récupération (CSR) : des déchets provenant à la fois des ordures ménagères et des déchets industriels non dangereux. Plus la part de plastiques dans les CSR sera élevée, plus leur pouvoir calorifique sera élevé.

Les recommandations de PlasticsEurope : des soutiens financiers sous forme d’aide à l’investissement (pour la construction de centrales thermiques dédiées en particulier), l’interdiction de la mise en décharge d’ici 2020 et une gestion régionale des déchets pour favoriser les économies d’échelle.

En creux, les fabricants de matière plastiques cherchent également à donner de la valeur à leurs déchets. De quoi renchérir leur prix et offrir à ces acteurs de nouveaux débouchés pour vendre ce qui est pour le moment en grande partie enfoui sous terre.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte