Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

"La traçabilité des déblais" du futur métro, "une priorité" pour la Société du Grand Paris

Franck Stassi , , , ,

Publié le , mis à jour le 07/12/2015 À 16H57

Entretien Le directeur de l’ingénierie environnementale de la Société du Grand Paris, Frédéric Willemin, énonce trois priorités environnementales lors du creusement du  futur réseau de métro: la traçabilité des déblais de chantier, les conditions de leur transport et leur valorisation.

A l’approche du démarrage des travaux de génie civil du Grand Paris Express (au printemps 2016 avec la gare de Fort d’Issy-Vanves-Clamart, sur la ligne 15 sud), la Société du Grand Paris estime à 43 millions de tonnes le volume de déblais qui seront issus du chantier. Un appel à contributions dédié à leur gestion, lancé en juin dernier, a permis de recueillir des propositions issues d’une trentaine de contributeurs. Des engagements environnementaux ont par ailleurs été annoncés. Frédéric Willemin, directeur de l’ingénierie environnementale de la Société du Grand Paris, explique cette démarche.

L’Usine Nouvelle - La Société du Grand Paris estime le volume de déblais lié au chantier à 43 millions de tonnes. Que recouvre ce chiffre ?
Frédéric Willemin -
Nous estimons que le chantier du Grand Paris Express produira 43 millions de tonnes de déblais, en comptant les terres qui seront excavées pour construire les gares, les puits d’accès (tous les 800 mètres) et les tunnels. En fonction de la profondeur de chaque ouvrage et de la section du tunnel (dont le diamètre sera d’environ 9 mètres), nous avons procédé à ce chiffrage, sachant qu’en moyenne, 1 mètre cube de terre représente 2 tonnes. Environ 20 millions de mètres cubes de terre devront ainsi être excavés au total.

Quels engagements environnementaux ont été pris à ce sujet ?
Nous avons pris l’engagement de favoriser autant que possible le transport alternatif à la route, par voie fluviale ou ferroviaire. Cela a été pris en compte pour le choix des points d’attaque des tunneliers, à partir desquels ceux-ci commenceront à creuser et par lesquels les déblais seront évacués. Nous prévoyons notamment une évacuation fluviale des déblais à proximité des gares de Pont de Sèvres (Hauts-de-Seine) et des Ardoines, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Pour certains sites, les entreprises pourront nous proposer des solutions combinant un transport routier des déblais sur quelques kilomètres et un convoi fluvial, par exemple. Un autre engagement environnemental lié aux déblais concerne leur traçabilité. Nous nous doterons d’un outil informatique permettant de suivre les quantités et la qualité des déblais, avec un format commun à toutes les entreprises.

Et que deviendront ces déblais, une fois évacués ?
C'est notre troisième engagement : valoriser au maximum les déblais. Des échantillons seront prélevés tout au long du chantier pour déterminer précisément la composition des terres prélevées. Des remblais sur d’autres chantiers, des aménagements de sites ou le remblaiement de carrières sont autant d’utilisations envisageables.

Quels sont les résultats de l'appel à contributions lancé en juin dernier ?
Nous avons reçu des contributions de la part d’une trentaine de structures, parmi lesquelles des bureaux d’études, des entreprises de travaux publics, des entreprises de recyclage de déchets et des professionnels du traitement de la pollution. Ces éléments nous ont permis d’affiner notre projet environnemental, notamment en matière de dépollution, de traçabilité et de valorisation.

Comment les recycleurs pourront-ils prendre part à ce processus ?
Le Grand Paris Express représente effectivement une formidable opportunité pour un certain nombre d’acteurs économiques. Nous comptons sur eux pour nous proposer des solutions innovantes en termes techniques, organisationnels et environnementaux. La Société du Grand Paris fixe des objectifs de résultat, pour offrir un maximum de latitude aux entreprises afin de les atteindre.

Propos recueillis par Franck Stassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle