Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La technologie de processeurs ARM peine toujours à percer dans les serveurs… au grand bonheur d’Intel

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Depuis près de 6 ans, la technologie de processeurs ARM, qui domine les mobiles, tente de percer dans les serveurs. En vain. Selon TrendForce, elle représente à peine 1% des livraisons attendues en 2017 et  moins de 10% en 2018. Au grand bonheur d’Intel qui exerce un monopole sur ce marché.

La technologie de processeurs ARM peine toujours à percer dans les serveurs… au grand bonheur d’Intel © OVH

C’est une grande déception pour les promoteurs de la technologie de processeurs ARM dans les serveurs. Selon le cabinet d’études de marché TrendForce, elle devrait représenter à peine 1% des livraisons de machines attendues en 2017 et moins de 10% en 2018. Le monopole de la technologie X86 reste intact puisqu’elle devrait équiper 96% des serveurs à écouler en 2017.

Broadcom et Samsung ont jeté l'éponge

La technologie ARM est développée par Advanced Risc Machine (ARM), une société britannique rachetée par le géant japonais de l’internet Softbank en septembre 2016 pour 31 milliards de dollars. Ses vertus en coût et consommation de courant en font le moteur privilégié de presque tous les mobiles. Elle est mise en œuvre par des concepteurs de puces comme Apple, Qualcomm, Samsung ou MediaTek pour ce marché.

Calxeda, une société américaine « fabless » créée en 2008, a été la première à rêver d’étendre ces avantages aux serveurs. Elle a été suivie par d’autres acteurs : Applied Micro, Cavium, Broadcom, Samsung, AMD et récemment Qualcomm. Peine perdue. Calxeda a fait faillite, tandis que Broadcom et Samsung ont jeté l’éponge. Qualcomm reste le seul acteur sérieux à pousser cette technologie avec de timides succès chez Google, Microsoft ou des opérateurs chinois de datacenters.

L'Europe en quête d'alternative à Intel

En Europe, le projet Mont-Blanc, coordonné par Bull du groupe Atos tente d’adapter la technologie ARM aux serveurs et même aux supercalculateurs. L’enjeu est de disposer d’une alternative européenne aux processeurs du géant américain Intel qui, selon TrendForce, domine à 99% le marché des processeurs X86 pour serveurs. AMD, son seul challenger dans le monde dans cette famille de puces, ne détient que 1% du marché. Un projet similaire est mené au Japon sous la houlette de Fujitsu.

Selon IDC, les processeurs pour serveurs à technologies X86 et ARM représentent un pactole d’environ 14 milliards de dollars dans le monde en 2016.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus