Economie

"La taxe sur l'EBE est catastrophique pour l'investissement", selon Laurence Parisot, VP de l'Ifop

Publié le

La taxe sur l'EBE est catastrophique pour l'investissement, selon Laurence Parisot, VP de l'Ifop © Luc Perenom - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

"Contrairement à ce que l’on dit, tout n’est pas mauvais dans le budget 2014 : la suppression de l’IFA, l’amélioration du dispositif sur les plus-values de cessions d’actions et le passage du taux de CICE de 4% à 6 %, ce n’est pas rien. Mais l’effet de ces mesures favorables est anéanti par une aberration : la taxe sur l’EBE. Au départ, le gouvernement voulait à la fois baisser les  taxes sur le chiffre d’affaires et la production, en supprimant  la C3S, et compenser partiellement par une hausse de l’impôt sur le résultat. Mais le raisonnement n’a pas été mené à son terme et c’est le problème. La taxe sur l’EBE est potentiellement catastrophique pour l’investissement, déjà en baisse depuis 6 trimestres consécutifs ! Aujourd’hui, dans une entreprise comme l’Ifop, prête à d’importants investissements pour faire face au défi du big data, la taxe sur l’EBE va réduire la marge de manœuvre. Très inquiétant aussi, la France crée une taxe dont je ne connais, en tout cas en Europe, aucun équivalent. Nous avons déjà tellement de mal à convaincre les investisseurs que notre pays est intéressant et entrepreneurial … Si on apparaît en plus comme les inventeurs d’une taxe unique au monde, cela sera désastreux !"

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte