Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

La taxe européenne sur l’acier chinois : beaucoup de bruit pour pas grand chose

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Analyse Attendue de longue date par la sidérurgie européenne, la taxe anti-dumping annoncée le 25 mars par Bruxelles sur les importations de tôles d’acier inoxydable laminées à froid en provenance de Chine et de Taïwan va légèrement soulager les acteurs du vieux Continent... sans pénaliser trop fortement les acheteurs d’acier.

La taxe européenne sur l’acier chinois : beaucoup de bruit pour pas grand chose © Heunisch - Wikipedia commons

Bruxelles va imposer à compter du 26 mars des droits anti-dumping de 24 à 25% sur les tôles d'acier inoxydable laminées importées de Chine et de 11 à 12% sur les produits taïwanais, suite à une plainte déposée en mai 2014 par l'association des producteurs européens d'acier (Eurofer). Ces dispositions sont provisoires et pourront être modifiées au stade définitif de l'enquête, rappelle l'UE.

"Ce produit de niche représentent moins d’1% de la production d’acier et, vraisemblablement, un pourcentage aussi faible des exportations chinoises”, explique Marcel Genet, président de Laplace Conseil. "Il s’agit d’un cas très spécifique dont les 'victimes' principales sont Aperam, Outokumpu et Acerinox. Aperam et Outokumpu (récemment fusionné avec Thyssen) sortent progressivement d’une phase de restructuration majeure. Outokumpu enregistre toujours des pertes importantes et Aperam vient seulement de retrouver l’équilibre. Acerinox est resté profitable mais sa rentabilité a faibli", précise l’expert de l’acier.

efficacité relative de la réponse européenne

"En général, l’efficacité économique de telles mesures est limitée, car si la sidérurgie souffre de cette concurrence, les consommateurs, qui sont aussi des entreprises, pourvoyeuses d’emplois, bénéficient de cette baisse des prix", rappelle Marcel Genet.

Effectivement, l’efficacité de telles mesures est un sujet de dispute parmi les observateurs, car les mesures de protection bénéficient certes aux producteurs (qui concentrent individuellement quelques milliers d’emplois et, collectivement, une forte capacité de lobbying), mais pénalisent les acheteurs, qui sont en général de plus petites entreprises (aux emplois plus ventilés et aux moindres capacités de pression) pour lesquelles une remontée des prix représente un risque.

Les mesures de protection anti-dumping permettent bien de limiter les volumes qui entrent, mais ils ne feront pas remonter les prix de manière conséquente, car ces derniers sont de plus en plus mondialisés. "En résumé, il ne faut pas en attendre un miracle côté producteurs, ni en faire un drame pour les consommateurs", ajoute Marcel Genet.

Le secteur automobile peu impacté

Les produits concernés par la décision européenne (plats en aciers inoxydables laminés à froid) sont utilisés entre autres dans la production d'appareils électroménagers, de tubes soudés, et par les industries de la santé (appareils médicaux), agroalimentaire et automobile.

Parmi les acheteurs, "l’industrie la moins concernée est l’automobile – elle représente tout de même 15 à 18% du marché – car les produits importés sont plutôt des produits standardisés", comme les fers à béton. "Sur ces produits, la différence de coût de la main d’œuvre joue à plein, selon Marcel Genet. Le secteur automobile a des exigences en termes de qualité, de normes et de livraison juste à temps, le stockage étant très coûteux. Les importateurs peinent à répondre."

Un secteur disputé

L’acier est un secteur en proie à de nombreux conflits liés aux prix des importations, la majorité des pays producteurs ayant mis en place des mesures de protection de leurs industries domestiques. "Les Etats-Unis ont mis en place de telles mesures avec une grande efficacité et depuis longtemps", rappelle l'expert de l’acier. Les procédures sont toujours longues, car il faut prendre le temps de mener l’enquête, de prouver les dommages économiques provoqués par cet éventuel dumping aux industries domestiques. Mais elles aboutissent souvent, car certains groupements professionnels sont passés maîtres dans l’art de surévaluer les dommages pour l’industrie locale.

Les exportations chinoises en forte hausse

Le poids de la Chine sur le marché global de l’acier a néanmoins de quoi inquiéter le secteur. En 2000, le pays ne satisfaisait pas sa demande intérieure : il exportait 10 millions de tonnes (Mt) d’acier et en importait 20 Mt. Aujourd’hui, alors que les importations se sont légèrement réduites (à 15 Mt), la Chine exporte quelque 90 Mt, un chiffre qui pourrait passer à 100 Mt en 2015.

Eurofer se réjouit de la mesure annoncée par l’Union européenne et rappelle qu’en volumes, les importations en provenance de la Chine et de Taïwan ont crû de 70% entre 2010 et 2013, avant d'augmenter encore en 2014, portant cette différence à 200% depuis 2010 (pour une part de marché en hausse de 180%). Sur les produits concernés, la part de marché de ces deux pays en Europe a quant à elle augmenté de 64% sur la même période. Le groupement affirme que le différentiel de prix de 10,5% ne permet pas à l’industrie européenne de maintenir sa part de marché, ni sa rentabilité.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus