La surproduction de noix fait chuter les prix de 20% en un an

Les prix à la production des noix reculent de 30 à 50% en Californie sous l’effet de disponibilités abondantes, la Chine et les Etats-Unis n'ayant de cesse d’accroître leurs tonnages. En Europe, cela se traduit après l'effet de change et la répartition des marges par une baisse de prix de 20% en un an.

Partager

A l’issue de la campagne 2015-16, la production mondiale de noix atteindrait son record absolu, à 1,9 million de tonnes (+8 % en un an). La Chine et les Etats-Unis, qui représentent à eux deux 80% de la production mondiale, ont augmenté leurs tonnages au cours des dernières années. Les Etats-Unis se sont attachés à bénéficier de l’essor de la demande d’un produit agricole facile à cultiver et épargné par les soubresauts des marchés, tandis que la Chine est soucieuse de réduire ses importations, lesquelles sont principalement effectuées… depuis les Etats-Unis.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Une combinaison de stocks excédentaires en raison de grèves dans la logistique à l'automne dernier, de la baisse des exportations dues à un dollar fort, et de celle de la demande en provenance de Chine" sont à l’origine des baisses de prix à la production constatées aujourd’hui, explique Rachel B. Elkins, chercheuse en pomologie à l’université de Californie, au journal spécialisé Growing Produce.

Une culture devenue peu rémunératrice

Depuis le début de la campagne, les prix payés aux agriculteurs californiens – la région est le leader américain de la production de noix – ont baissé de 30% à 50% selon les exploitations. Entre 2007 et 2015, la production californienne a bondi de 75,3%, à 575 000 tonnes. Elle ne s’est pas arrêtée de progresser en dépit d’une sécheresse persistante et du poids des stocks. L’an dernier, 60 000 tonnes de noix sont restées invendues, soit 20 000 tonnes de plus qu’en moyenne.

Importatrice nette de noix, l’Union européenne, qui produirait 117 000 tonnes cette année (+ 5% par rapport à la campagne 2014-15), enregistre pour sa part des prix en recul de 20% sur un an.

Franck Stassi

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS