Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

La sûreté des transports nucléaires en question après l'incident de Drancy

, , , ,

Publié le , mis à jour le 09/01/2014 À 15H31

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Le 23 décembre dernier, un train chargé de déchets nucléaires a déraillé en gare de Drancy (Seine-Saint-Denis). Si l’incident n’a eu aucune conséquence environnementale ou sanitaire - l’intégrité des colis n’ayant pas été menacé - il n’en a pas moins ému la population et les élus locaux. Certains, comme Sud Rail, appellent même à stopper tout transport de déchets nucléaires en France au nom du principe de précaution. En avril dernier, L’Usine Nouvelle explorait la sûreté et la sécurité de ces transports à l’occasion du départ d’un convoi depuis la Hague. Retrouvez ici cette enquête.

La sûreté des transports nucléaires en question après l'incident de Drancy © Ludovic Dupin ; KENZO TRIBOUILLARD/afp

Lacrymogènes et boucliers anti-émeutes d’un côté, militants entraînés jouant au chat et à la souris de l’autre. Entre l’usine de retraitement de La Hague (Cotentin) et le port de Cherbourg (Manche), les antinucléaires cherchent à ralentir le transport de Mox (mélange d’uranium et de plutonium) à destination du Japon. À défaut de pouvoir l’arrêter. Une fois de plus, Greenpeace et le réseau d’associations Sortir du nucléaire dénoncent le danger du transport de matières radioactives. Pourtant, ces convois, loin d’être exceptionnels, relèvent presque de la routine.

Mercredi 3 avril, terminal ferroviaire d’Areva à Valognes (Manche). Deux wagons siglés du trisecteur nucléaire sont en cours de raccordement à une locomotive de la SNCF. Chargement : 24 tonnes de déchets nucléaires compressés dans deux conteneurs de 114 tonnes. Destination : les Pays-Bas. "Business as usual" pour les agents d’Areva et de la SNCF… Seuls les barbelés entourant le site et deux voitures de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle