L'Usine Aéro

La stratégie industrielle derrière le méga-contrat de Figeac Aéro

Marine Protais

Publié le

Figeac Aéro signe le plus gros contrat de son histoire auprès de l’américain Spirit AeroSystems. Une bonne nouvelle qui vient couronner la stratégie industrielle mise en oeuvre par le sous-traitant : multiplication de sites low-cost, modernisation des sites français et présence aux Etats-Unis.

La stratégie industrielle derrière le méga-contrat de Figeac Aéro

Figeac Aéro n’est jamais à court de bonnes nouvelles : implantations, investissements massifs, reprise d’Auvergne Aéronautique… Le sous-traitant aéronautique a annoncé le 24 janvier un contrat d’une valeur d’au moins 600 millions d’euros sur 10 ans décroché auprès de l’américain Spirit AeroSystems. Le plus gros de son histoire. Encore plus que son précédent méga-contrat de 500 millions d’euros signé en 2014 avec Safran. Figeac produira pour Spirit des pièces élémentaires et de sous-ensembles des programmes A350 d’Airbus et de plusieurs programmes de Boeing. 50% de la production sera réalisée en France, 10 à 15% aux Etats-Unis - le Mexique contribuera à terme à la production de ces pièces - et le reste dans les sites du Maghreb.

Hypercroissance

Ce méga-contrat renforce l’excellente santé du sous-traitant, qui est en hypercroissance depuis cinq ans, avec une hausse de son chiffre d’affaires de 23% chaque année. Son carnet de commandes, qui s’élève aujourd’hui à 4 milliards d’euros, a doublé en trois ans. Sa marge d’exploitation est deux fois supérieure à celle des équipementiers européens, selon une étude du cabinet Alix Partners.
La hausse des cadences du sous-traitant s’accompagne d’un plan d’investissement de 170 millions d’euros sur les trois prochains exercices et d’un plan de recrutement. 1 400 embauches sont prévues d’ici à 2020, réparties entre ses différents sites au Mexique , Tunisie, Maroc, Etats-Unis et France.

C'est un ingrédient clé du succès de Figeac : savoir répartir sa production entre pays dits best cost, ses sites français dans lesquels il investit massivement, et, désormais, son usine américaine, obtenue par acquisition en 2014 et destinée à s'ouvrir de nouveaux marchés.

Le low cost pour les pièces simples

Depuis 2011, date à laquelle Figeac s’installe en Tunisie, l’équipementier multiplie les sites en zone best-cost ou low cost : Maroc, Mexique et bientôt Russie. Ces implantations permettent au sous-traitant de suivre ses donneurs d’ordre et d’augmenter ses marges. Le low cost représente aujourd’hui 15% de son chiffre d’affaires. Mais ildevrait atteindre entre 35% et 40% en 2020, estime Jean-Claude Maillard, le PDG de Figeac Aéro.

Une délocalisation qui ne l’empêche pas d’investir en France. "Le low cost constitue un élément fondamental de compétitivité, pour les pièces simples produites à fort volume, mais le plus important reste d’investir dans l’outil de production français. Figeac Aero démontre que l’emploi créé à l’étranger peut doper la compétitivité du groupe et la croissance sur notre site de Figeac", expliquait Jean-Claude Maillard à L’Usine Nouvelle en décembre 2016, lors de l’inauguration d’un nouveau bâtiment qualifié "d’usine du futur" sur son site de Figeac. Celui-ci a nécessité 37 millions d’euros d’investissement. Il accueillera une ligne de 12 machines d’usinage automatisées et un parc de 5 robots. Un schéma industriel inspiré de l’auto.

Les Etats-Unis pour remporter de nouveaux contrats

Troisième pierre à l’édifice de la stratégie gagnante du sous-traitant : son installation aux Etats-Unis, à Wichita, qui a été "déterminante" pour remporter le contrat de Spirit AeroSystems, selon le sous-traitant.

Avec cette stratégie, Figeac Aéro poursuit un objectif, et pas des moins ambitieux : réaliser un chiffre d’affaires compris entre  650 et 750 millions d'euros en 2020. D’ici là, son méga-contrat signé avec Spirit Aero Systems devrait avoir porté ses fruits. Le sous-traitant attend les premières retombées pour 2019.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte