Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La stratégie de Continental pour devenir le troisième fabricant mondial de pneus

Julie Thoin-Bousquié ,

Publié le

L’équipementier allemand a fait un point à mi-parcours de son plan stratégique pour 2025, grâce auquel il compte devenir un des trois acteurs incontournables du pneu.

La stratégie de Continental pour devenir le troisième fabricant mondial de pneus
L'équipementier automobile allemand Continental veut devenir numéro trois mondial du pneu.
© Fabian Bimmer

"Nous voulons monter sur le podium mondial d’ici 2025". Nikolai Setzer, patron de l’activité pneumatique de l’équipementier allemand Continental, n’a pas longtemps fait mystère des ambitions du groupe, à l’occasion d’un point presse organisé à Paris vendredi 1er décembre. "Actuellement quatrième mondial", l’entreprise a mis au point en 2010 son plan stratégique pour 2025 afin de s’imposer comme le troisième acteur à l’échelle globale sur son activité pneu. En 2016, ce secteur a généré 10,7 milliards d’euros de revenus pour le groupe, soit autour de 26% du chiffre d’affaires total de l’entreprise sur l’année (40,5 milliards d’euros).

Cap sur l’Amérique et l’Asie

Pour faire progresser ces résultats, le groupe souhaite en particulier disposer d’une empreinte géographique plus diversifiée. Il faut dire que pendant longtemps, l’essentiel de ses revenus a été généré sur le Vieux Continent. "En 2010, nous réalisions 75% de notre chiffre d’affaires en Europe", a confirmé Nikolai Setzer. Un chiffre qui a, depuis, évolué positivement. En 2016, "seulement" 59% des ventes du groupe ont été réalisées au sein de la région Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA), tandis que celles en Amérique du Nord et du Sud se sont établies à 31%, et les 10% restants ayant été générés dans la région Asie.

Pour parvenir à ces premiers résultats, Continental a multiplié les investissements dans ses capacités de production locales. Le groupe a notamment ouvert une usine en Chine en 2011, une autre en Russie deux ans plus tard, avant une troisième en 2014 aux Etats-Unis. "Au total, dix nouveaux sites doivent voir le jour à travers le monde d’ici 2025, avec un focus clair sur l’Asie", détaille Nikolai Setzer.

Un réseau commercial étoffé

Des nouveaux projets ont d’ores et déjà été identifiés: la construction d’une nouvelle usine de pneus poids lourds à Clinton, dans le Mississippi aux Etats-Unis à partir de 2019, pour un montant de 1,4 milliard d’euros et plus de 2 500 emplois créés à terme. La Thaïlande est également concernée, avec un investissement de 250 millions d’euros et autour de 900 créés sur le futur site de Rayong. Le groupe investit fortement dans ses capacités industrielles existantes. A l’image du milliard d’euros investis sur les trois sites chinois, russe et américain, Continental va consacrer la même somme à l’agrandissement de sites existants.

Le site portugais de Lousado, spécialisé dans le pneu ultra haute performance, devrait bénéficier d’un investissement d’environ 150 millions d’euros. En parallèle, le groupe étoffe son réseau commercial, par exemple aux Etats-Unis où le nombre de points de vente devrait croître d’une vingtaine actuellement, à 46 d’ici à l’expiration du plan stratégique en 2025.

Pneus connectés

Cette diversification, Continental l’applique également à ses produits. Après avoir quitté ce créneau dans les années 2000, l’équipementier allemand a fait son retour sur le créneau des engins agricoles en début d’année 2017. La production sera notamment assurée par l’usine portugaise de Lousado. Le groupe a l’intention de se positionner sur l’exploitation minière et mise gros sur les solutions destinées aux vélos… A grands renforts de publicité, puisque Continental est devenu partenaire du Tour de France pour les cinq années à venir.

En s’appuyant sur ses 15 000 ingénieurs software, l’équipementier a entrepris sa montée en gamme avec des pneus connectés. Deux solutions développées, ContiSense et ContiAdapt, permettent respectivement d’utiliser les capteurs placés sur le pneumatique pour avertir le conducteur sur son état ou ajuster la pression et la largeur de la jante en fonction des conditions sur la route.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus