Tiangong-1, la station chinoise hors de contrôle qui doit s'échouer sur Terre

La laboratoire spatial chinois Tiangong-1 doit s'échouer sur Terre en fin de semaine après avoir passé six ans et demi dans l’espace. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tiangong-1, la station chinoise hors de contrôle qui doit s'échouer sur Terre
Le laboratoire spatial chinois Tiangong-1 devrait revenir sur Terre - mais en morceaux - entre le 31 mars et le 2 avril.

Le compte à rebours est lancé pour la station spatiale Tiangong-1 (Palais céleste en chinois). La navette devrait s'échouer dans les jours qui viennent sur Terre. L’Agence spatiale européenne (ESA) estime la date de rentrée dans l'atmosphère entre le 31 mars et le 2 avril. Elle donne une très large zone de chute entre le 43ème parallèle nord et le 43ème parallèle sud, soit une largeur plus grande que celle entre la Corse et Le Cap (Afrique du Sud). Différentes agences de suivi des satellites s’accordent à donner la date plus précise du 1er avril.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un de ces sites, SatFlare explique : "la station spatiale chinoise Tiangong-1 a été déclarée hors de contrôle par les autorités chinoises et réintégrera l'atmosphère dans les prochains jours. On s'attend à ce que la plupart des parties du laboratoire en orbite brûlent pendant la chute, mais certaines parties peuvent atteindre le sol." Selon le bureau d’études de l’Agence spatiale nationale chinoise (CNSA), Tiangong-1 gravitait autour de 216 kilomètres d’altitude au 25 mars 2018.

Tiangong-1, le premier laboratoire spatial chinois

Avant de devenir un potentiel amas de débris embarrassant, Tiangong-1 a fait la fierté de la Chine. Il s'agit du premier laboratoire spatial mis sur orbite le 29 septembre 2011 grâce au lanceur Long March II-F. Selon la NASA, cette station a été conçue pour "tester la technologie d'amarrage essentielle requise pour une future station spatiale". Ce laboratoire de 8,5 tonnes a ensuite accueilli une première capsule sans humains, le Shenzhou-8, pour "accomplir un premier rendez-vous spatial et test d’amarrage." Elle a aussi servi à expérimenter les technologies de "télédétection spatiale-terrestre" et à récolter des données sur l’environnement spatial.

Tiangong-1 a été conçu pour une durée de vie de deux ans. Ce temps en orbite lui a permis d’accueillir deux vaisseaux spatiaux : Shenzhou-9 et Shenzhou-10 respectivement lancés en 2012 et 2013. Shenzhou-9 a envoyé trois astronautes dans l’espace dont la première femme taïkonaute : Liu Yang.

Au 21 mars 2016, le bureau d’études de la CNSA a officiellement clôturé la mission de la station : "après une phase opérationnelle de 1 630 jours, le premier laboratoire spatial chinois Tiangong-1 a mis fin à son service de communication de données", indique un communiqué de la CNSA, alors que la durée de vie de la base a été prolongée de deux ans et demi. Le communiqué s’achève en précisant que le laboratoire va "descendre progressivement dans les mois à venir", "sous surveillance continue et étroite" de la CNSA. Elle précise que, à terme, "l'orbiteur va brûler dans l'atmosphère."

Dès septembre 2016, la deuxième génération de base chinoise Tiangong-2 a été mis en orbite pour recevoir de nouveaux vaisseaux spatiaux. Ce lancement était l’occasion pour les responsables de la mission Tiangong-1 de faire un point sur sa trajectoire : "le premier laboratoire spatial chinois Tiangong-1 devrait tomber dans l'atmosphère terrestre dans la deuxième moitié de 2017", précisait le journal chinois Xinhuanet. Quelques mois plus tard, la station devrait enfin atteindre la terre.

Le site Aérospace montre en vidéo ce qu'il pourrait se passer lors de la désintégration de Tiangong-1 :

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS