La start-up de e-commerce, Afrimarket, prix Jeune entreprise Afrique de l'année du Medef

A l'occasion du premier Forum Jeunesse et Entrepreneuriat Afrique-France organisé ces 6 et 7 décembre au siège du Medef à Paris, manifestation qui a véritablement fait le plein, la start-up marocaine Afrimarket a reçu le prix de la jeune entreprise Afrique de l'année en présence de Pierre Gattaz.  Entretien sur le vif avec sa co-fondatrice la marocaine Rania Belkahia, PDG de l'entreprise et par ailleurs membre du Conseil national du numérique français.

Partager
La start-up de e-commerce, Afrimarket, prix Jeune entreprise Afrique de l'année du Medef
Rania Belkahia, PDG d'Afrimarket

Cofondatrice avec Jérémy Stoss et François Sevaistre de la start-up Afrimarket, la marocaine Rania Belkahia a reçu ce 7 décembre en fin de journée le prix "Jeune entrepreneur" Business Africa du Medef en partenariat avec l’Institut Choiseul. Ce, à l'occasion de la manifestation organisée par le Medef à Paris, à savoir le premier Forum Jeunesse et Entrepreneuriat Afrique-France AGYP , préparant notamment le sommet France-Afrique de Bamako début 2017. Le prix grande entreprise a été remis cette même journée au très prospère groupe tanzanien METL.

Afrimarket, société dans laquelle ont investi Xavier Niel (Free), Jacques-Antoine Granjon (Ventes privées) mais aussi Orange est, elle aussi en plein développement. Entretien express de L'Usine Nouvelle Maroc avec Rania Belkahia.

L'Usine Nouvelle : Que représente ce prix du Medef?
Rania Belkahia : C'est important pour Afrimarket. Il s'agit d'un gage de confiance... et également d'une fenêtre vers les entreprises françaises qui pourraient proposer leur produit via notre plateforme!

Afrimarket c'est quoi aujourd’hui?
C'est une plate forme de e-commerce dédiée à l'Afrique de l'ouest francophone qui a la spécificité de servir deux typologies de clients la clientèle diaspora installée en Europe pour laquelle on intervient comme un substitut au transfert d'argent par les plate-formes traditionnelles et une clientèle africaine locale issue de la classe moyenne désireuse de nouveaux services à valeur ajoutée pour l'accès au biens de consommation.

Votre dimension?
Nous sommes présents sur cinq pays d'Afrique de l'ouest : Côte d'Ivoire, Sénégal, Bénin Cameroun Togo avec une présence sur place en Côte d'Ivoire au Sénégal et au Bénin pour l'offre locale. Nous préparons notre arrivée au Mali. Nous employons déjà 70 personnes dont une cinquantaine en Afrique et une vingtaine à Paris où a été développée notre infrastructure.

Sur le transfert d'argent vous avez développé votre plate-forme ?
Oui. Nous ne travaillons qu'avec nos propres plate formes et nos propres infrastructures. Coté aval, nous nous appuyons sur un réseau de marchands partenaires, dont nous digitalisons l'offre

Avec Afrimarket, la particularité des transferts de valeurs vers le destinataire "au pays", c'est qu'ils ne se font qu'en bons de marchandise ou en paiement de factures comme l'eau , c'est un modèle qui fonctionne ?

Oui c'est un modèle qui marche. Nous estimons la part du segment « cash to good » à environ 10% du marché des transferts d'argent, ce pour financer les besoins courants, factures d'eau d’électricité ou achats de biens de consommation ou d'équipement de la maison. L'avantage est que c'est moins couteaux que le transfert en numéraire et l'émetteur a une forme de sécurisation sur l’utilisation de l'argent qu'il envoie.

Quel est votre modèle économique?
L'entreprise prend une commission au niveau émetteur de 5% ainsi qu'une commission auprès des commerçants partenaires en Afrique en tant qu'apporteur d'affaires.

Votre enjeu principal est-ce de trouver des commerçants partenaires?
Non cela c'est assez facile. L’enjeu est d'industrialiser l'offre et surtout de trouver des clients pour atteindre une masse critique

L'entreprise a conduit plusieurs levées de fonds, notamment auprès d'Orange, votre société Africamarket n'est-elle pas concurente des propres solutions d'Orange?
Le groupe Orange est entré au capital lors de notre deuxième levée de fonds, 1 million d'euros, en janvier 2015. Lors d'une nouvelle levée de fonds cette année de 10 millions d'euros cette fois des institutionnels comme Proparco et le fonds britannique Global Innovation Fund sont entrés au capital. Quand à Orange, notre offre n'est pas concurrente mais complémentaire. Orange Money c'est du « mobile money », Nous le proposons d'ailleurs sur notre site pour acheter des produits chez nos partenaires, un service supplémentaire du fait du très faible taux de bancarisation dans les pays sque nous servons.

Propos recueillis par Pierre-Olivier Rouaud

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - St Maur des Fosses

Prélèvements et analyses microbiologiques pour les unités de restauration

DATE DE REPONSE 07/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS