Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La start-up chinoise Nio veut entrer en bourse, quand Tesla veut en sortir

Nicolas Robertson , , ,

Publié le

La start-up chinoise Nio, spécialisée dans les voitures électriques haut de gamme et soutenue par notamment Tencent et Baidu, poursuit sa marche en avant en affichant, mardi 14 août 2018, sa volonté de rentrer à Wall Street. Elle entend ainsi lever 1,8 milliard de dollars et semble être de plus en plus à même de concurrencer Tesla, qui pour sa part veut sortir de bourse.

La start-up chinoise Nio veut entrer en bourse, quand Tesla veut en sortir
La start-up chinoise Nio, spécialisée dans les voitures électriques haut de poursuit sa marche en avant en affichant, mardi 14 août 2018, sa volonté de rentrer à Wall Street. Elle entend ainsi lever 1,8 milliard de dollars.
© NIO

Nio, le jeune constructeur automobile spécialisé dans les voitures électriques poursuit sa montée en puissance en annonçant, mardi 14 août 2018, vouloir rentrer à Wall Street. A l’image des autres start-up chinoises du secteur comme Xpeng, qui a récemment annoncé avoir levé 4 milliards de yuans (580 millions de dollars), Nio entend lever à son tour 1,8 milliard de dollars grâce à cette entrée en bourse.

La start-up fondée en 2014 à Shanghai par l’entrepreneur chinois William Li se positionne sur le segment haut de gamme même si son SUV électrique, l'ES8, est vendu deux fois moins cher que le Model X de Tesla. Le constructeur chinois ambitionne de commercialiser un véhicule autonome électrique sur le marché américain d’ici 2020. Le timing de son annonce ne doit rien au hasard, alors que Tesla cherche de son côté à sortir de la cote. 

Une confiance sans faille des marchés malgré des débuts encore poussifs

L’annonce de Nio n’est pas particulièrement une surprise connaissant son ambition mondiale. La société est déjà présente hors de Chine. Elle dispose d'un site à Munich comprenant environ cent employés, un autre à Londres davantage centré sur les activités de management et bien sûr une implantation à San Jose dans le cœur de la Silicon Valley, avec 520 employés.

La start-up a de quoi inspirer confiance quand on sait que les géants Tencent et Baidu notamment, la soutiennent financièrement. Néanmoins le bilan commercial de l’entreprise n’est pas particulièrement brillant pour l’instant. Comme les autres start-up du secteur, la société a du mal à produire encore efficacement.  Nio a ainsi vendu son premier véhicule en décembre 2017, trois années après sa création. Fin juin, elle n'avait livré que 481 exemplaires du modèle ES8, tandis que 17 000 véhicules réservés attendent d'être livrés.  

(SUV ES8 de Nio)

Dans quelle mesure va-t-elle pouvoir livrer ces véhicules dans des délais raisonnables ? Est-ce que la société chinoise ne risque pas de rencontrer les mêmes difficultés que Tesla ? Un certain nombre de questions subsistent. S’ajoute à cela que ses résultats financiers ne sont également pas glorieux pour le moment. L’entreprise affiche un chiffre d’affaires de 7 millions de dollars au premier semestre 2018 pour une perte nette allant au-delà de 500 millions de dollars.

Une conjoncture favorable au niveau national et international

Nio peut en revanche compter sur une conjoncture particulièrement favorable aussi bien au niveau national qu’international. En effet les start-up comme Nio, qui se sont multipliées ces dernières années bénéficient du soutien de l’Etat chinois sous la forme de subventions ou de mesures incitatives. Le gouvernement affiche à travers ces aides, d’une part une volonté de lutter contre la pollution, qui est devenue un problème plus que préoccupant dans le pays, et d’autre part un souci de mettre en pratique le plan Made in China 2025 qui est destiné à stimuler l’innovation locale.

La Chine est également le plus grand marché automobile du monde avec non moins de 28,88 millions de véhicules vendus en 2017.

En plus de ce contexte national particulièrement stimulant, le marché des véhicules électriques est en plein boom au niveau international. Les ventes de véhicules électriques ou hybrides ont ainsi augmenté de 53% en 2017 représentant 780 000 unités.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus