La sortie du nucléaire prônée par Hamon et Mélenchon coûterait 217 milliards d’euros

L’Institut Montaigne a fait un chiffrage brut de la sortie du nucléaire à l’horizon 2035. Avec les seuls critères mesurables, la facture s’élève à 217 milliards d’euros. Restent des éléments non quantifiés comme l’impact environnemental ou les incidences sur le tissu industriel français.

Partager
La sortie du nucléaire prônée par Hamon et Mélenchon coûterait 217 milliards d’euros

L’Institut Montaigne, un think-tank libéral et plutôt favorable à l’énergie nucléaire, s’est attaché à chiffrer le coût brut de la sortie de l’atome en France comme le prônent le candidat socialiste Benoît Hamon - sous l’influence de l’ancien candidat EELV Yannick Jadot - et le candidat de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon. Ce travail a été mené par le think-tank car "L’étude d’impact de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) ne procède ainsi à aucun chiffrage de la réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique", peut-on lire.

Ce travail ne prend pas en compte la création de valeurs liées au développement de nouvelles filières industrielles pour remplacer le nucléaire. C’est un calcul brut de la sortie de l’atome en 2035, avec un jalon à 50 % de nucléaire dans le mix électrique en 2025. Quand bien même le think-tank s’interroge sur "la capacité technique à suivre cette trajectoire", elle arrive au chiffrage suivant. La sortie du nucléaire coûtera 10,1 milliards d’euros par an d’ici 2025 puis 13,6 milliards d’euros par an jusqu’en 2035.


Ce montant est calculé en prenant en compte six postes de dépenses majeurs. Parmi eux, trois sont clairement chiffrés par l’institut Montaigne :

Le coût d’investissement dans de nouvelles capacités de production d’électricité, principalement renouvelables. En prenant en compte, la baisse progressive des aides aux renouvelables, les auteurs chiffrent ce poste à 8 milliards d’euros par an entre 2018 et 2025, puis 11,5 milliards d’euros au-delà. Pour un montant de total de 179 milliards d’euros.

Le coût d’adaptation du réseau pour absorber le développement des énergies renouvelables intermittentes et dispersées sur le territoire. En se basant sur des scénarios de RTE (Réseau de transport électrique), on atteint 13 milliards d’euros jusqu'en 2035.

Le coût d’indemnisation de l’exploitant (EDF) et des actionnaires des centrales. En se reposant sur un scénario parlementaire et sur l’indemnisation négociée entre EDF et l’Etat pour la fermeture prochaine des deux réacteurs de Fessenheim (Haut-Rhin), les auteurs jugent que "l’indemnisation globale serait supérieure à 25 milliards d’euros", sans compter le non-démarrage de l’EPR de Flamanville avec une durée de vie prévue de 60 ans (aux environs de 30 milliards d'euros).

Trois autres postes ne peuvent pas être chiffrés :

Le coût industriel et social pour les entreprises et employés de la filière nucléaire. "Ce coût est difficile à appréhender car une partie de la filière pourra continuer à exister à l’export, alors que d’autres entreprises – probablement les plus petites – ne pourront survivre à la sortie du nucléaire", écrivent les auteurs. La filière nucléaire compte 2500 entreprises pour 200 000 emplois.

Le coût "comptable" dû à l’avancement du calendrier des opérations de démantèlement et d’enfouissement des déchets. Les provisions de démantèlement ont déjà été questionnées par une étude parlementaire, mais l’Institut Montaigne note qu’un démarrage précoce du démantèlement pose des problèmes sur "l’existence d’une filière industrielle organisée pour répondre à un besoin massif soudain" et "la charge de désactualisation qui va peser très fortement sur les provisions d’EDF".

Le coût environnemental. L’Institut évoque une "augmentation significative des émissions de carbone" en raison du déploiement à des moyens de production alternatifs.

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon chiffrent pour leur part l’abandon du nucléaire, du projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), de l’EPR de Flamanville (Manche) à 100 milliards d’euros. Avec 217 milliards d’euros, l’Institut Montaigne ne semble cependant pas alourdir la facture à dessein. Le seul exemple comparable est celui de l’Allemagne qui a décidé la sortie du nucléaire (d’abord en 2003 puis l’a confirmé en 2011). Le pays compte 17 réacteurs dont 8 encore en fonctionnement. Tous doivent être à l’arrêt d’ici 2022. Rien que le poste de démantèlement anticipé est chiffré entre 40 et 70 milliards d’euros. En 2012, l’Allemand Siemens avait évoqué une sortie du nucléaire entre 1400 et 1700 milliards d’euros.

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Assurance Qualité Matériaux et Procédés Spéciaux

Safran - 19/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS