Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

La Société normande de volaille à Laval devient un fournisseur de KFC

, , ,

Publié le

Pour fournir 2 000 tonnes de poulets aux 188 restaurants de la chaine américaine, la Société normande de volaille (SNV) a dû investir 3 millions d'euros dans un atelier spécifique.

KFC dévore de plus en plus de poulets français. Après avoir signé un partenariat avec Gastronome (Terrena), en 2013, la chaîne de restaurants américaine signe un nouvel accord d'approvisionnement avec un fournisseur du grand Ouest, en l'occurrence la Société normande de volaille (SNV), une filiale du groupe sarthois LDC. Désormais, 25% du poulet consommé dans les 188 restaurants KFC de France provient de ces deux fournisseurs. Le reste vient des Pays-Bas, d'Allemagne et de Pologne.

L'accord a été célébré le 25 janvier à Laval (Mayenne), où l'abattoir SNV sera mis à contribution. Celui-ci fournira 2 000 tonnes d'aiguillettes, de filets et d'ailes de poulets la première année. Il est précisé que les poulets abattus et transformés sont élevés à 70 kilomètres à la ronde, une vingtaine d'éleveurs, triés sur le volet ayant été mobilisés pour cette production.

Ce volume pourrait s'accroître avec la croissance de KFC en France. Selon Frédéric Levacher, directeur général de KFC France, la chaîne passera, en 2016, le cap des 200 restaurants et atteindra les 500 millions d'euros de chiffres d'affaires. SNV a investi 3 millions d'euros à Laval pour se conformer aux exigences de KFC. Des lignes et un atelier spécifiques ont été mis en place. Le process inclus par exemple un passage des morceaux de poulets sous rayons X pour écarter toute pièce où resteraient des morceaux d'os ou de métal. Après avoir incorporé le mélange d'épices spécifique à la marque, les morceaux sont placés sous vide et emballés avant congélation.

Cet accord offre une nouvelle perspective à l'abattoir lavallois qui avait failli disparaître avant d'être repris par LDC, après la faillite de Doux. Fort de 303 salariés, l'usine devrait créer 25 postes supplémentaires dans les trois ans.

Filiale du groupe LDC depuis 1997, SNV emploie 2 450 salariés sur six sites de production dans l’Ouest de la France où l’entreprise investit près de 15 millions d'euros chaque année. Son chiffre d'affaires s'élève à 470 millions d'euros pour une production de 116 000 tonnes par an.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle