Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

La société immobilière Dar Saada, première introduction en bourse de l’année à Casablanca

, ,

Publié le

Alors que la bourse de Casablanca a connu plusieurs retraits cette année, la société immobilière Dar Saada ultra-rentable lance son offre publique de vente le 1er décembre. Objectif : lever des fonds pour son développement au Maroc et en Afrique. Mais au delà, les investisseurs devront encore patienter pour les introductions poids lourds sur la place financière marocaine.

La société immobilière Dar Saada, première introduction en bourse de l’année à Casablanca
La société immobilière Dar Saada est spécialisé dans le logement économique et intermédiaire

Le lundi 1er décembre sera lancé pour trois jours au plus, l’offre publique de souscription de la société Dar Saada avant que celle-ci ne soit cotée à la bourse de Casablanca, en principe le 18 décembre. Prix d'introduction : 215 dirhams par action.

aucune introduction en bourse

Il s’agit d’une première cette année : aucune introduction en bourse n’a encore eu lieu à Casablanca en 2014. Et ce sera sans doute la seule.

Dar Saada ("maison du bonheur" en arabe) est une filiale du groupe Palmeraie Developpement, lui-même filiale de la holding B group, menée par la famille Berrada Sounni. Celle-ci détient selon la notice d’introduction en bourse 68,7% directement ou indirectement du capital de Dar Saada. Le capital de la famille sera dilué à 55% après l’IPO (Initial public offering).

B Group détient des actifs dans l’immobilier, du logement social aux résidence de luxe, dans le tourisme notamment golfique, et dans une moindre mesure l’industrie et l'agriculture.

Dar Saada est pour sa part spécialisée dans la promotion immobilière sur le segment des logements économiques et intermédiaires.  Basée à Casablanca, elle a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 1,1 milliard de dirhams qui a triplé en trois ans et un résultat net de 365 millions de dirhams, soit une marge nette après impôts de plus de 30%. Lors de la présentation financière pré-IPO, les dirigeants ont anticipé une forte progression de l'activité et des résultats, à savoir notamment un doublement du chiffre d'affaires et du résultat d'ici à 2017. Ils ont promis aussi de verser en dividendes 40% des résultats.

une vingtaine de programmes

La société mène actuellement une vingtaine de programmes immobiliers dans toutes les grandes villes du royaume et leur banlieue et en a une dizaine au stade de projet avancé.

Dar Saada précise que le cash tiré de l’IPO vise à "l’acquisition de terrains, développement en Afrique et autres pour un montant global de 730 millions de dirhams". Notant qu’à date, elle "a déjà signé des options d’achat de terrains dans le Grand Casablanca pour un montant de 600 millions de dirhams".

Autre justification, "l’accélération du rythme de production des tranches non encore développées de programmes existants pour un montant global de 400 millions de dirhams sur les années 2015-2016".

L’introduction se fera par augmentation de capital pour un montant maximal de 1,3 milliard de dirhams (117 millions d’euros), soit un flottant qui devrait s’établir à 20% du capital.

BMCE capital est conseiller principal et chef de file du syndicat de placement. La plupart des banques marocaines étant membres de ce syndicat de placement.

Le conseil juridique est assuré par Naciri & Associés (Allen & Overy). La société sera cotée au premier compartiment, c’est-à-dire le marché principal, sous le ticker RDS.

La bourse de Casablanca, la quatrième en Afrique, affiche une capitalisation d'environ 500 milliards de dirhams (45 milliards d’euros). L’indice MASI (toutes actions) est en progression d’environ 10% depuis le 1er janvier mais reste encore loin des records pré-crise de 2008.

La capitale économique du Maroc a de grandes ambitions en matière financière et cherche à devenir un "hub africain", notamment via le statut fiscal et réglementaire attractif, dit CFC (Casablanca Finance City).

20 sociétés retirées de la cote

Mais, ces dernières années, la liquidité et la profondeur de la bourse marocaine ont stagné voire regressé. Selon le site marocain financenews, 20 sociétés ont été retirées de la cote depuis 2000, pour des raisons diverses : restructurations ou recompositions de holding (notamment de sociétés liées au groupe royal SNI), rachats, retraits pur et simple.... Et il y a eu peu d’introductions : une seule l'an dernier, la centrale à charbon JLEC (devenue Taqa Maroc)fin 2013.

Dernier péripétie en date, le retrait surprise de la bourse décidé voilà quelques jours par l’Etat de CGI, une très grosse société immobilière, filiale du groupe public CDG suite à une enquête pour malversations financières. Ce qui a créé un choc dans la communauté financière. CGI, introduite en 2007, pesait  plus de 13 milliards de dirhams en bourse avant sa suspension début octobre.

L’arrivée de Dar Saada, même modeste, va donc ajouter un peu de papier bienvenu à la corbeille…. en attendant des opérations plus importantes. Parmi celles anticipées figurent la privatisation partielle de Marsa Maroc, le gestionnaire des ports, initialement prévue cette année ou encore l’entrée en bourse de Total Maroc.

Pierre-Olivier Rouaud, à Casablanca

 

 

Dar Saada : note d'information concernant l'introduction en bourse

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle